Jean-Philippe Tremblay: le plaisir de diriger à Québec...

Il est né à Chicoutimi, il vit aujourd'hui à Montréal, entre deux voyages à l'étranger. Mais régulièrement, il s'arrête chez nous. Et avec plaisir. «Depuis quelques années à Québec, ce sont juste de grands moments de musique pour moi», lance le jeune chef d'orchestre Jean-Philippe Tremblay.
L'an dernier, il y a eu bien sûr l'enregistrement des neuf Symphonies de Beethoven avec son Orchestre de la Francophonie (OF) au Palais Montcalm. À la mi-juillet, il y était de retour pour quatre concerts dédiés cette fois à Schumann.
Pour Jean-Philippe Tremblay, ces passages à la salle Raoul-Jobin sont une grande chance pour son OF, une académie d'été servant de tremplin aux jeunes musiciens qui veulent poursuivre une carrière professionnelle. «C'est l'une des plus belles salles du pays. Pour travailler l'esthétique sonore, les couleurs, les articulations, c'est le rêve absolu.»
Toujours au Palais Montcalm, en mars dernier, le jeune maestro a été invité à diriger l'Orchestre symphonique de Québec (OSQ) lors d'une soirée consacrée à l'Irlande. «C'est une formation avec qui j'ai beaucoup d'affinités, de plaisir.» Tiens, tiens... Pourrait-il être parmi les candidats à la succession de Yoav Talmi? «On a beaucoup de projets en cours avec eux [les musiciens de l'OSQ]. Je ne peux rien vous dire de précis. Mais j'ai adoré travailler avec eux et certainement qu'on refera de la musique ensemble bientôt.»
À 32 ans, Jean-Philippe Tremblay ne cache pas son désir de développer une relation à long terme avec un grand orchestre. «J'aime bien le mode de vie de chef invité [il devrait d'ailleurs annoncer en novembre une nouvelle nomination comme premier chef invité en Europe]. Mais comme directeur artistique ou musical, on peut vraiment faire évoluer l'orchestre, lui faire découvrir une nouvelle sonorité, une nouvelle façon de programmer... Il faut toutefois trouver le match parfait.»
Il glisse encore que des choses intéressantes s'en viennent au Québec. «Ça me chatouille, mais tout est en retenue, les contrats doivent se signer.» Il faudra donc suivre de près cette jeune baguette.
Condensé Schumann au Domaine Forget
Pour ceux qui auraient manqué la série de concerts avec Jean-Philippe Tremblay et son Orchestre de la Francophonie au Palais Montcalm cet été, un condensé des meilleurs moments sera proposé samedi à 20h30 au Domaine Forget, à Saint-Irénée. Au menu, le Concerto pour piano en la mineur de Schumann, sa Symphonie no 4  et une création d'un jeune compositeur torontois, Staniland. Le pianiste Serhiy Salov agira comme soliste. Billets : 32 $. Réservations : 418 452-3535 ou en ligne sur www.billetech.com