Jean-Charles Ouellet et François Calletta n'ont pas hésité à tout laisser de côté pour se consacrer à leur passion.

Jean-Charles Ouellet et François Calletta: le Pentathlon des neiges, toujours plus gros

Lauréats: Jean-Charles Ouellet et François CallettaOccasion: Ils sont les maîtres d'oeuvre du Pentathlon des neiges de Québec, qui a pris fin samedi le 8 mars
C'était l'idée d'un maniaque des sports, un fou de l'hiver. Lancé modestement avec quelques dizaines de personnes en 2005 à Lac-Beauport, le Pentathlon des neiges de Québec est devenu 10 ans plus tard, et de loin, le plus grand événement multisport hivernal au monde. Cette année, pas moins de 5321 participants s'y sont inscrits, en croissance constante.
Jean-Charles Ouellet a passé sa vie professionnelle à donner le goût de bouger aux autres. Responsable des sports à l'école François-Bourrin pendant 33 ans, il a sauté dans la retraite avec la même énergie. Son initiative est née du désir de combler le vide de l'hiver, quand prenait fin sa saison du club de vélo de montagne.
Pour les non-initiés, le Pentathlon consiste en une course en continu, seul ou en équipe de deux à cinq personnes, des cinq disciplines suivantes: vélo, course, ski, patin et raquette. 
La beauté de la formule est qu'elle s'adresse aussi bien aux amateurs qu'à l'élite sportive, aux enfants qu'aux personnes âgées ou aux personnes handicapées. Au fil des ans, la plus jeune porteuse de dossard avait 22 mois et le plus vieux 81 ans.
Depuis 2007, le fondateur s'est adjoint le soutien de son copain François Calletta, avec qui il partageait la passion du sport et des raids d'aventures. Contrairement au premier, celui-ci menait sa vie professionnelle dans un tout autre domaine, vice-président au marketing dans une entreprise de vente de moteurs. C'est lui qui a donné l'élan à l'organisation pour qu'elle devienne la grosse machine que l'on connaît aujourd'hui.
À l'aube de 2008, quand M. Ouellet a eu l'idée de profiter des Fêtes du 400e pour investir les plaines d'Abraham, il lui a dit : «T'as pas le choix, faut que tu grossisses!»
C'est sans regret que ce développeur a délaissé un bon emploi pour vivre de sa passion. François Calletta est aujourd'hui directeur général de l'organisme sans but lucratif, qui embauche deux personnes à temps plein quasi à l'année, en plus d'une équipe de production pendant deux mois.
Car à un certain moment, les bénévoles ne suffisent plus... ce qui ne veut pas dire qu'ils ont déserté la place pour autant, au contraire. Pour l'ensemble de l'événement, qui débutait cette année le
22 février et culminait samedi avec, pour la première fois, la tenue d'un «vrai» triathlon homologué par l'Union internationale de triathlon, pas moins de 200 personnes auront mis la main à la pâte.
Le sport en gang
C'est le plaisir de pratiquer son sport en gang, en famille, avec des amis, des collègues, qui aura permis le développement fulgurant du Pentathlon. «La croissance vient uniquement des inscriptions en équipes, le solo a plafonné», dit François Calletta.
Et tout est mis en place pour favoriser cette formule. La journée du réseau de la santé et des services sociaux, les journées scolaires (2000 étudiants cette année), le défi des familles et amis...
Alors que les grands événements sportifs se multiplient - Marathon des Deux-Rives, Grand défi Pierre Lavoie, Défi entreprise... -, la moitié des participants au Pentathlon n'ont que cette seule activité à leur calendrier annuel. Et pour beaucoup, «c'est le premier événement chronométré de leur vie», dit M. Calletta.
Même si ce sont encore une minorité de citoyens qui se laissent tenter par de tels défis, «il y a une clientèle qui se développe et pour certains ça devient un mode de vie».
Quant aux deux compères, ils n'étaient pas fâchés, cette année, de savourer les plaisirs de leur grande nouveauté, l'anneau de glace réfrigéré, une «retombée» du triathlon dont tous les citoyens de Québec auront pu profiter durant tout l'hiver. Cela leur a évité le risque de devoir annuler une activité comme cela s'est produit l'an dernier pour cause de froid insuffisant, en plus d'avoir à dérouler et trimballer 650 pieds de boyau pour arroser leur patinoire la nuit!