Né à Trois-Rivières en 1931, Jean Béliveau est décédé mardi.

Jean Béliveau: «un gentleman», dit Régis Labeaume

Jean Béliveau était «le prototype du gentleman», se souvient le maire de Québec, qui a rencontré le grand joueur de hockey lorsqu'il a reçu son doctorat honoris causa de l'Université Laval en 2008. «Moi, j'aurais voulu lui parler de hockey et lui, il voulait me parler de politique!»
Régis Labeaume a réagi depuis Bruxelles à la mort du hockeyeur, qui a marqué Québec et le Québec. Le politicien a insisté sur la grande gentillesse de cet homme du peuple, «la bonté incarnée». 
«C'est le prototype du gentleman, pourtant c'est pas un gars qui a étudié longtemps, bien au contraire. On dirait dans nos mots : il a été bien élevé», a souligné le maire, admiratif. 
M. Labeaume comprend que le Canadien de Montréal et le maire Denis Coderre s'occupent des funérailles et des hommages dans la région de Montréal, où s'est installé Jean Béliveau après avoir quitté Québec, en 1953. 
La Ville de Québec ne prévoit pas d'activités particulières pour souligner sa mémoire. Le drapeau sera en berne le jour des funérailles, auxquelles le maire Labeaume compte assister. «On va laisser Montréal aller», a-t-il lancé, ne voulant visiblement pas couper l'herbe sous le pied de son ami Denis, «un fan, un vrai».