Le Norvégien Kjetil Jansrud est devenu le premier skieur à remporter deux descentes en Coupe du monde cette saison, samedi à Kvitfjell.

Jansrud près du Globe

Kjetil Jansrud a fait un grand pas vers le Globe de cristal de la descente à la Coupe du monde de ski alpin, samedi, grâce à une victoire à Kvitfjell.
Le Norvégien (1:47,63) a battu son plus proche rival, le champion en titre Peter Fill, par huit centièmes pour augmenter à 33 points son avance au classement général, avec une seule course à disputer (le 15 mars à Aspen, au Colorado). Le Suisse Beat Feuz a terminé troisième, à 14 centièmes du vainqueur.
«C'est fantastique. Hier, je me disais que cela faisait longtemps que je n'étais pas monté sur le podium de la descente à Kvitfjell», a déclaré Jansrud, qui bat d'une longueur le record de victoires en Coupe du monde de Lasse Kjus (18), une autre idole norvégienne.
Sur la piste des JO d'hiver de Lillehammer (1994), le Norvégien de 31 ans a gagné six fois en Coupe du monde : à deux reprises en descente et quatre en super-G. Jansrud est aussi devenu le premier skieur cette saison à remporter deux descentes. Jansrud est en quête d'une seconde consécration dans la discipline après son sacre de 2014. Un Norvégien a eu cet honneur trois fois lors des quatre dernières saisons.
Guay au sixième rang
Deux Canadiens ont percé le top 6 avec Manuel Osborne-Paradis au pied du podium, deux rangs devant Érik Guay. «Manuel et moi, on se motive mutuellement avec nos résultats ces temps-ci», a dit le Québécois.
«Il faut lever notre chapeau à ceux qui skient de façon extraordinaire», a ajouté Guay. «Je suis un peu déçu de ne pas avoir fait mieux, mais je pense que mon ski était là. Je vais maintenant me concentrer sur le super-G de dimanche. Si je réalise mon potentiel, je peux réussir quelque chose de bon ici.»  Avec AFP
Gagnon 12e en super-G
Marie-Michèle Gagnon a pris le 12e rang du super-G de Coupe du monde à Crans-Montana, samedi, en Suisse. Pour la skieuse de Lac-Etchemin de 27 ans, il s'agit du meilleur résultat depuis 2013 dans une épreuve mondiale strictement de super-géant. La veille, elle avait donné un avant-goût de ses intentions avec une quatrième position dans le volet super-G d'un combiné. À plus de deux secondes de la gagnante Ilka Stuhec, Gagnon (1:23,80) n'a échoué qu'à deux petits centièmes du top 10, devançant quand même l'Américaine Mikael Shiffrin (1:23,89) par neuf centièmes.
En partant 42e, la Québécoise a vu ses chances rétrécir, étant l'une des deux seules skieuses à prendre le départ après les 30 premières et à finir parmi les 20 meilleures. Dernière rivale de Shiffrin au sommet du classement général et grande révélation de l'hiver sur le Cirque Blanc, la Slovène Stuhec (1:21,78) a dominé la course sans partage avec un coussin d'une pleine demi-seconde sur sa plus proche poursuivante.  Olivier Bossé