Tartini-Leclair-Vivaldi James Ehnes

James Ehnes: lumineuses saisons****

Tel un magicien, James Ehnes crée chez l'auditeur l'illusion que jouer du violon est un acte aussi naturel, intuitif et sain que respirer. L'époque et le style importent peu ainsi que le démontre cette rare incursion dans l'univers baroque.
Les Quatre saisons d'Antonio Vivaldi nous donnent l'occasion d'apprécier la touche lumineuse du violoniste canadien sous un jour nouveau. À la tête du Sydney Symphony, Ehnes propose une interprétation qui, sans chercher à tout révolutionner, atteint tout de même à l'occasion un degré de précision redoutable. Le plus important, c'est peut-être encore cette impression que chaque note compte. Dans la sonate Tambourin de Jean-Marie Leclair, on note le lyrisme très pur du violon et la communication toute simple et directe qui s'établit avec le pianiste Andrew Armstong. Enfin, au-delà de la prouesse technique, l'exécution de la Sonate en sol mineur dite Le trille du diable de Giuseppe Tartini témoigne de la fluidité et de la grandeur du geste artistique.