Alex Bellemare a terminé sa vague de qualifications en slopestyle avec un pointage de 88,66 à égalité avec Alex Beaulieu-Marchand.

Jamboree: succès en famille

Dès les premières descentes jeudi matin à Stoneham, Monique Lemieux et Andrew Lamarre faisaient le pied de grue à l'arrivée du parcours de slopestyle. En après-midi, les clans Beaulieu et Marchand ont pris le relais. Dimanche, les Bellemare se joindront à la fête.
Les parents de Kim Lamarre ont d'ailleurs hérité de «grosses colles» bien senties de la part de leur fille, après sa première descente de qualifications lui valant 86,33 points et une place parmi les huit finalistes féminines de dimanche.
«C'est la première fois que j'atterris toute une run en compétition depuis vraiment longtemps. J'ai l'impression d'avoir enlevé 25 livres de sur mes épaules!» s'est exclamée une Lamarre à la fois extatique et soulagée.
Le tout devant ses parents, qui ont très rarement la chance de voir la médaillée olympique en action. Entre autres deux fois au Vermont, deux fois où elle s'était blessée.
«Je me demandais s'ils ne me portaient pas malchance, mais aujourd'hui, j'ai tué le mauvais sort et prouvé que je suis capable de performer quand ils sont là. C'est plus stressant de te produire devant ta famille et tes amis, mais c'est encore plus plaisant quand tu réussis», se réjouissait la freeskieuse de Lac-Beauport.
Les deux Alex à égalité
Fierté de Saint-Augustin, Alex Beaulieu-Marchand a eu droit aux encouragements de ses parents, quatre grands-parents, tantes, oncles, cousins et amis. Il admet que la présence de ses proches en bas de la piste a fait augmenter le niveau de stress.
«J'étais plus nerveux, oui, mais c'est plaisant d'avoir leur support, qu'ils aient la chance de me voir skier en vrai et de pouvoir les impressionner», a souligné celui qui au lieu de ses initiales reconnues ABM est juste redevenu Alex le temps d'un match à domicile.
Son homonyme et bon ami Alex Bellemare confiait de son côté avoir vécu l'angoisse de ne pas être en mesure d'atteindre la ronde finale, présentée dimanche. C'est là que sa gang de Saint-Boniface et de la Mauricie sera plus nombreuse autour de l'aire d'arrivée.
Les deux Alex ont plutôt dominé sans difficulté leur vague de qualifications avec un pointage identique de 88,66. Qui leur permet de passer deux jours au big air, avec les qualifs vendredi et la finale samedi, avant de mitonner une recette plus piquante pour la finale du slopestyle, dimanche. Car les deux avouent l'avoir joué conservateur pour s'assurer d'avancer.
De retour au tableau féminin, l'autre skieuse locale, Anouk Purnelle-Faniel, s'est fait mal à la jambe et n'ira pas plus loin en slopestyle en vertu d'une 27e place sur 32. La championne olympique de la discipline non plus, l'Ontarienne Dara Howell ayant échoué au 11e rang.
Purnelle-Faniel, aussi de Lac-Beauport, a fini troisième du slopestyle de la Coupe du monde de Font Romeu, en France, il y a un mois. Elle avait le sourire beaucoup moins facile jeudi, mais tentera de se reprendre en big air, dès vendredi.
Lamarre a pour sa part décidé de concentrer ses énergies sur le slopestyle et la stratégie semble rapporter des dividendes.