D'année en année, la direction du club Augusta national ne ménage ni temps ni argent pour améliorer le confort de tous les participants, joueurs comme spectateurs, au Tournoi des maîtres.

Jamais de temps mort à Augusta

Chaque Tournoi des maîtres amène son lot de prouesses. Celui de cette année n'est pas en reste. Si les spectateurs sont servis à souhait par les joueurs, ils le sont tout autant par la direction du club Augusta National.
Le discours du président Bill Payne est toujours attendu avec impatience par les journalistes, car il apporte toujours des changements dans le but d'améliorer le confort des «patrons», des employés, des bénévoles et des journalistes depuis qu'il a pris les rênes du club.
On sait que l'argent n'est pas un problème pour le club. On peut parler de revenus de plusieurs millions de dollars, même si les droits de télévision avec CBS ressemblent plus à une entente de réciprocité. Les revenus proviennent des droits de télé au niveau international, des billets d'entrée pour les rondes de pratique, puis des passes pour les quatre jours du tournoi (475 $). Sans compter les bénéfices provenant de la vente de souvenirs.
Quant au service de restauration, on ne peut parler de grands profits, car les prix sont ridiculement bas pour un sandwich. L'item le plus dispendieux est une bière locale à 4 $. Ça ne ruine personne.
Que des solutions
Les installations sur le terrain sont exceptionnelles et tout est fait pour que la clientèle ait la vie la plus facile possible. Il y a quelques années, le club a acheté des terrains adjacents, a fait démolir les maisons et a fait un immense stationnement gratuit. Plus tard, pour faciliter l'accès à ce stationnement et éviter les congestions sur la rue Washington, la direction a convaincu la ville d'Augusta d'élargir une rue perpendiculaire en un boulevard à quatre voies.
C'est bien beau, tout ça, mais il y a un hic : pour passer du stationnement à l'entrée principale du terrain, il faut traverser une rue où la circulation est dense. Le service de police est impeccable, trop même, car si vous êtes pris à dépasser les lignes de démarcation, on vous le fait savoir sans ménagement. L'inconvénient, c'est qu'il y a toujours des temps d'attente, que ce soit pour les piétons qui veulent traverser pendant que les automobilistes attendent, où vice et versa.
Qu'à cela ne tienne, le problème sera résolu à moyen terme. Le stationnement, qui a l'air présentement d'un champ ordinaire, prendra des allures d'un parc où les gens pourront se promener et en profiter pendant les 51 autres semaines de l'année. Pendant le tournoi, ils n'auront pas à traverser la rue à travers les autos et les voiturettes, ce sera une agréable marche vers le parcours de golf.
Pas de doute là-dessus: ça sera fait dans les règles de l'art. Comme l'a mentionné le président Payne, «nous sommes des experts dans l'art d'aménager les terrains».
Juste à voir comment ils ont aménagé le terrain d'entraînement il y a quelques années - terrain que les amateurs longent dès leur entrée au club -, ça donne une bonne idée de ce que l'on peut faire avec de l'argent.
Et ce n'est pas tout. Il y a dans les cartons d'autres plans pour déplacer la salle de presse, déjà impressionnante, dans une autre bâtisse. Le site actuel servirait à construire de nouveaux endroits pour loger les membres.
Il n'y a jamais de temps mort au club Augusta National.