Bernard «Rambo» Gauthier a été reconnu coupable d'avoir intimidé Frédéric Boucher pendant la grève de la construction, en juin 2013.

Intimidation: Bernard Gauthier débouté par la Cour supérieure

La Cour supérieure rejette l'appel de Bernard «Rambo» Gauthier, qui cherchait à faire casser le jugement de la Cour du Québec le déclarant coupable d'intimidation et de harcèlement à l'endroit d'un directeur de carrière, en juin 2013.
Le juge Serge Francoeur conclut que le juge de première instance s'est «bien dirigé en droit» et a «bien évalué la preuve qui établit tous les éléments essentiels des infractions», peut-on lire dans la décision écrite rendue lundi matin. 
La défense dans cette affaire prétendait que le juge du procès du représentant syndical avait «erré dans l'application du concept juridique de l'intimidation et l'application du doute raisonnable», ce que la Cour supérieure a rejeté. 
Bernard Gauthier a réagi sur sa page Facebook en indiquant qu'il ne s'attendait pas à «grand-chose» de cette procédure d'appel. «Dans les faits, ça change rien, je le faisais pour une question de principe», a-t-il écrit, en plus de revenir sur sa version des événements présentés lors du procès, en septembre 2014. 
Cas d'intimidation
Bernard Gauthier a été reconnu coupable d'avoir intimidé Frédéric Boucher pendant la grève de la construction, en juin 2013. La preuve a démontré que le représentant syndical, accompagné d'une trentaine de grévistes, s'est présenté au chantier opéré par le plaignant dans le dessein de le forcer à interrompre des activités de concassage. 
Le leader syndical de la Côte-Nord a été absous en février, à condition de ne plus entrer en contact avec le plaignant.