Le spectacle d'Ingrid St-Pierre au Grand Théâtre nous a montré l'évolution marquée d'une artiste accomplie.

Ingrid St-Pierre en plein vol

Elle a pris de l'altitude, Ingrid St-Pierre, depuis la dernière fois qu'on l'a vue sur scène à Québec. Pourtant, c'était il y a moins d'un an. Mis en relief par L'escapade, un deuxième album plus épanoui, ce second passage au Grand Théâtre nous a montré l'évolution marquée d'une artiste accomplie.
Depuis la parution de son premier disque, Ma petite mam'zelle de chemin, l'auteure-compositrice-interprète semble propulsée par une spirale ascendante.
Ses premières chansons, composées piano-voix, se sont parées de cordes sur disque et sur scène. Sa deuxième cuvée de compositions s'est nourrie de la tournée avec le talentueux quatuor Quatr'Ailes. Résultat : les arrangements de son nouvel album se sont gonflés avec grâce.
C'est cet univers qu'on a retrouvé jeudi avec Ingrid St-Pierre et ses mêmes complices à cordes (Camille Paquette-Roy, Sarah Martineau, Shonna Angers et Édith Fitzgerald). Et le bonheur a été grand, savouré par une salle à l'écoute quasi religieuse et à l'ovation généreuse.
L'émotion, grande gagnante
Sous les lanternes chinoises qui font écho à la pochette de son nouvel album, mam'zelle St-Pierre était en pleine possession de ses moyens, jeudi. Moins encline à se cacher derrière un masque d'ingénue maladroite, elle n'a pas tant misé sur les rires dans ses interventions (quoiqu'il y en a eu quelques-uns). L'émotion y est sortie grande gagnante, portée par de très belles pièces de L'escapade - l'hymne aux résilientes Les elles, l'émouvante Deltaplane et La planque à libellules, tout simplement magnifique - et quelques plus anciennes aussi : l'incontournable Ficelles ou la tristounette Les froufrous blancs, terminée dans un frisson et a capella.
Si vous l'avez manquée jeudi, vous avez l'occasion de vous reprendre la semaine prochaine : Ingrid St-Pierre se produira à l'Hôtel La Ferme de Baie-Saint-Paul le 15 décembre.