Les secours ont fait une malheureuse découverte durant l'intervention, au troisième étage. «Une victime a été retrouvée dans une pièce», a expliqué Jean-François Daigle, porte-parole du Service de protection contre l'incendie de la Ville de Québec (SPCIQ).

Incendie mortel dans Limoilou: l'identité de la victime confirmée

L'unique victime d'un incendie survenu tôt vendredi matin dans le quartier Limoilou est Elizabeth Thivierge. Elle avait 25 ans.
Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) a confirmé l'identité de la jeune femme samedi, un peu plus de vingt-quatre heures après le dramatique évènement.
La locataire a été retrouvée sans vie dans son appartement du troisième étage, au 2660, avenue Duval, plusieurs minutes après le début du brasier qui a éclaté à 6h15. L'épaisse fumée et les flammes ont empêché les pompiers d'intervenir plus rapidement.
Selon le propriétaire de l'immeuble de 16 logements, François Brisson, la jeune femme était seule signataire de son bail locatif.
Des témoins rencontrés le jour du drame disaient ne pas connaître leur voisine portée manquante, alors que d'autres ont indiqué qu'elle vivait seule. Le SPVQ a de son côté affirmé que la victime n'avait pas de proches dans la région de Québec. Aucune autre information n'a filtré de source officielle.
Pour les autres locataires, samedi était la journée pour faire le point et constater les dégâts. Le propriétaire, M. Brisson, a informé Le Soleil que certains d'entre eux ont manifesté le besoin d'être relocalisés dans un nouvel appartement, plutôt que de vivre à l'hôtel en attendant le nettoyage ou la reconstruction de leur chez-soi. «On est en processus de les relocaliser dans des édifices où il y a de la place», a-t-il dit, joint au téléphone. Et il n'a pas l'intention d'être restrictif. «Il y a assez de malheur, on n'en rajoute pas.»
Une équipe de sécurité a été postée devant l'immeuble pour protéger les biens des résidents, aux frais des assurances de la compagnie de gestion immobilière pilotée par M. Brisson.
Au moins trois unités, dont celle de la victime, ont été déclarées une perte totale et 20 % de la toiture de l'édifice est détruite. Un certain nombre d'appartements ont été souillés par l'épaisse fumée. Selon M. Brisson, seuls «quatre ou cinq» des seize locataires étaient assurés.
Tout comme l'indiquait un témoin important vendredi, le propriétaire de l'immeuble a eu comme information que la source de l'incendie provenait de l'appartement 12, au deuxième étage. Un appareil de chauffage d'appoint aurait mis feu aux rideaux, puis au lit de la locataire s'y trouvant.
L'enquête conjointe des policiers et des pompiers suivait cette piste dès vendredi. Martin Côté, qui a fort probablement sauvé la vie de la résidente de l'appartement 12, a dit avoir clairement vu l'appareil de chauffage sur le lit lorsqu'il est entré dans la pièce en feu pour sauver ses deux occupants.