Le Stade TELUS sera occupé à 30 % du temps par les athlètes du Rouge et Or, tandis que le reste des plages horaires sera offert la population en général.

Inauguration du stade TELUS: comme Noël en janvier!

En se dotant du tout nouveau Stade TELUS, l'Université Laval a non seulement équipé les clubs de soccer, de football et de rugby du Rouge et Or d'installations couvertes modernes, mais elle se donne également un argument supplémentaire pour attirer les meilleurs étudiants-athlètes en ses murs.
Principal utilisateur de l'édifice, l'entraîneur de l'équipe de soccer masculin du Rouge et Or, Samir Ghrib, était le premier à s'émerveiller devant la beauté de la construction inaugurée mardi.
«D'abord, je suis conscient qu'on est vraiment en train de vivre l'âge d'or de la ville de Québec. Et deuxièmement, j'aimerais ça avoir 20 ans de moins!» a-t-il lancé en riant.
Grâce au nouvel équipement, sa formation aura finalement un chez-elle pour ses matchs locaux hivernaux, en plus de voir son régime d'entraînement grandement amélioré.
«Avant, on s'entraînait une fois par semaine, sur un tiers de terrain. On louait, alors on dépensait de l'argent, et on était au Campus Notre-Dame-de-Foy, à l'autre bout du monde. Maintenant, on a le terrain deux fois par semaine, une fois, on a la moitié, et l'autre fois, on a tout le terrain. En termes de travail avec l'équipe, en saison hivernale, ça n'a pas de prix, pour les automatismes, etc.» a illustré Ghrib.
Il s'agit d'un avantage marqué par rapport aux autres universités québécoises, qui devrait avoir un effet direct sur le recrutement, estime l'entraîneur.
«Les joueurs voient le stade extérieur et déjà là, ils sont émerveillés. Imaginez avec ça! Pour le recrutement, c'est donc très bon. En plus, on reçoit le Championnat universitaire canadien en 2012, alors le timing est magnifique.»
Comme il n'y a pas que le Rouge et Or qui bénéficiera de la nouvelle surface de jeu, c'est tout le soccer régional qui profitera de son arrivée, croit encore Ghrib.
«C'est ça qui est merveilleux dans ce projet-là. Le Rouge et Or va occuper seulement 30 % du temps. Le reste, ce sera comme le PEPS. Ce sera pour monsieur et madame Tout-le-Monde. Et les clubs civils qui sont déjà là», a-t-il rappelé, citant les associations locales de Beauport, de Sainte-Foy, de Charlesbourg, de Québec Centre et de Cap-Rouge, ainsi que les cégeps de Sainte-Foy, François-Xavier Garneau et le Collège St. Lawrence, sans compter les programmes sports-études de l'École Cardinal-Roy et de la Polyvalente de Lévis.
«C'est un gâteau et tout le monde a sa part. On ne peut pas avoir meilleur produit gagnant-gagnant que ce beau stade», a-t-il jugé.
D'Amboise fier
Grand responsable du projet, le directeur du service des sports de l'Université Laval, Gilles D'Amboise, était fier de la réalisation, mardi.
«On refusait un certain nombre d'événements à chaque année parce qu'on n'avait pas de disponibilité. Il faut dire qu'on avait ouvert les portes du PEPS à la population générale et que, pendant une période 10-12 ans, on a géré l'insatisfaction parce qu'il y avait trop de monde sur les plateaux. On s'est retrouvé devant le choix de restreindre l'accessibilité ou de mettre sur pied un projet qui nous permettrait d'accueillir encore plus de monde et c'est ce qu'on a décidé de faire», s'est-il souvenu.
La popularité du Stade TELUS donne raison au dirigeant universitaire. Déjà, le taux d'occupation frôle les 90 %. Il est toutefois encore possible de réserver des plages en passant par le Service des activités sportives (418 656-PEPS).