«Cette \"Charte des contribuables\" protègera les Québécois contre un État qui ne cesse de piger dans ses poches>, a déclaré François Legault.

Impôts et taxes: pas de hausses excédant l'inflation, dit Legault

La Coalition avenir Québec (CAQ) veut adopter une «charte des contribuables» pour empêcher les hausses de tarifs, de taxes ou d'impôts au-delà du taux d'inflation.
De passage à Lac-Beauport, vendredi, le chef caquiste François Legault s'est engagé à encadrer toutes les lois qui permettent au gouvernement d'aller chercher des revenus chez les contribuables. Du permis de conduire à la TVQ, peu importe la nature de la ponction ou de l'organisme gouvernemental, la CAQ veut plafonner à l'inflation la possibilité de hausse pour la durée du prochain mandat. Seule exception, les tarifs d'hydroélectricité, auxquels un 0,8% est ajouté et affecté au remboursement de la dette.
«Ce serait maintenant défendu d'avoir une hausse qui excède l'inflation pour les quatre prochaines années, a lancé M. Legault. On va arrêter de presser les contribuables de la classe moyenne comme des citrons.»
La CAQ s'engage donc à annuler la hausse des frais de garderie de 7 $ à 9 $ en deux ans prévue au dernier budget Marceau. La CAQ ferait passer le tarif quotidien à 7,10 $ en septembre 2014, puis à 7,20 $ en 2015.
Familles «choquées»
«Les familles du Québec ont été choquées par le budget de Mme Marois, soutient François Legault. Dans les garderies, c'est une hausse de 29 % sur deux ans. Ça représente une augmentation de 500 $ par enfant. Pour une famille de deux enfants, c'est 1000 $. C'est énorme. Ce genre de choc tarifaire est inacceptable, injustifié, injustifiable.»
L'augmentation des tarifs d'hydroélectricité autorisés à 4,3 % par la Régie de l'énergie serait réduite à 2,2 %. Le manque à gagner dans les revenus causés par ces réductions a été pris en compte et évalué à 121 millions $ dans le cadre financier de la CAQ.
Tous les tarifs, les taxes et les impôts ne seraient pas automatiquement augmentés en suivant l'inflation. Mais si le gouvernement ou un organisme public souhaite faire une hausse, il ne pourra exiger plus que le plafond.
Rien n'empêcherait un gouvernement subséquent de reléguer aux oubliettes la «Charte» caquiste. Mais François Legault est convaincu qu'il y aurait alors un prix politique à payer.
«C'est sûr que ça enlève une marge de manoeuvre au ministre des Finances, mais ça donne de la prévisibilité pour les familles», a affirmé le chef caquiste, qui voit une «révolution pour les contribuables» dans le programme de son parti.
Après avoir lancé sa journée à Québec, M. Legault s'est rendu à Trois-Rivières pour présenter des candidatures, puis à Montréal.