Toujours aussi charismatique et nuancée, Jennifer Lawrence réussit à exprimer doutes, douleurs et autres émotions par son seul regard.

Hunger Games : la révolte - dernière partie: fin des émissions ***

Le dernier chapitre d'Hunger Games (Mockingjay - Part 2) est une des superproductions les plus attendues de l'automne, avec Spectre et La guerre des étoiles. Il s'agit certainement du plus solide de la tétralogie de films, plus orienté sur les dilemmes moraux que sur l'action, ce qui risque d'en surprendre quelques-uns.
La décision de diviser le dernier tome de la saga inventée par Suzanne Collins en deux chapitres a donné des résultats mitigés. La première partie de La révolte servait clairement de mise en place pour la conclusion - qui contient elle aussi des longueurs.
Le récit reprend très exactement à la fin du troisième film, alors que la révolte gronde sur Panem, monde dystopique divisé en districts où le peuple est au service d'une élite. Katniss (Jennifer Lawrence) se remet de l'agression commise par Peeta (Josh Hutcherson). Le jeune homme a de la difficulté à discerner le vrai du faux après le lavage de cerveau que lui a fait subir le cruel dictateur Snow (Donald Sutherland). Katniss n'a dès lors qu'une idée en tête : assassiner Snow. 
Mais l'ambiguë chef des rebelles Alma Coin (Julianne Moore) et son conseiller Plutarque Heavensbee (le regretté Philip Seymour Hoffman) ne sont pas prêts à l'autoriser à combattre : Katniss, devenue le visage de la révolution (le geai moqueur du titre anglais), est trop utile comme outil de propagande. Ils la laissent néanmoins se rendre à l'arrière du champ de bataille pendant que les insurgés convergent vers le Capitole, lieu du pouvoir.
La jeune archère est entourée de visages familiers, dont Gale (Liam Hemsworth), son ami d'enfance, qui a pris du galon. Katniss et lui doivent surmonter de sérieux désaccords sur l'implication de civils dans le conflit - pour Gale, la fin justifie les moyens... Ils devront vite mettre leurs différends de côté lorsque Snow se rendra compte de leur présence et tentera de les éliminer.
Cette fois, le jeu du chat et de la souris ne concerne pas seulement la survie, mais l'avenir de Panem. Plusieurs vont y laisser leur peau, ce qui permet d'explorer la notion de sacrifice pour le bien commun. De même, l'utilisation des images rappelle la téléréalité des Hunger Games des deux premiers films.
Plus encore que ceux-ci, ce chant du cygne évoque le 1984 de George Orwell, en plus violent mais tout aussi sombre. Il explore aussi la soif de pouvoir, les inégalités sociales, l'endoctrinement (incarné par Peeta), etc.
Le ton sinistre du récit peut surprendre, mais certainement pas la réalisation de Francis Lawrence. Découpée de façon très classique, sa mise en scène s'avère terne et sans originalité, même si elle s'avère efficace pour maintenir la tension dans les scènes d'action.
Évidemment, le réalisateur de tous les Hunger Games sauf le premier multiplie les gros plans de Jennifer Lawrence, toujours aussi charismatique et nuancée. Malgré la faiblesse des dialogues, l'actrice oscarisée réussit à exprimer doutes, douleurs et autres émotions par son seul regard.
C'est d'ailleurs elle qui confère sa force d'impact à la série de films, qui se distinguent aussi par la progression dramatique complexe du personnage de Katniss - surtout dans cet épisode. L'épilogue vient d'ailleurs clore tous les chapitres abordés en cours de route. Un exercice nécessaire, mais longuet qui manque d'impact. Au moins, tout ça se termine sur une note d'espoir. Et n'en déplaise aux fanatiques, on va pouvoir passer à autre chose.
=> Au générique
Cote: ***
Titre: Hunger Games : la révolte - dernière partie
Genre: science-fiction
Réalisateur: Francis Lawrence
Acteurs: Jennifer Lawrence, Liam Hemsworth et Josh Hutcherson 
Classement: en attente
Durée: 2h17
On aime: les thèmes abordés, le refus du sensationnalisme, le charisme de JLaw
On n'aime pas: les longueurs, la recette, la réalisation sans imagination