Alex Harvey participait samedi à Oslo à un deuxième 50 km en moins d'une semaine, une première pour lui en carrière. On le voit ici lors de sa victoire au 50 km des Mondiaux dimanche dernier.

Harvey sixième, à un cheveu du podium

À peine une semaine après avoir remporté le Championnat mondial de la distance, Alex Harvey a encore flirté avec le podium, samedi à Oslo, pour terminer sixième, à seulement deux minces dixièmes de secondes de la troisième place du 50 km en style classique de la Coupe du monde d'Holmenkollen.
Harvey a fait partie du groupe qui chassait les deux meneurs de la course, soit le vainqueur Martin Johnsrud Sundby (Norvège) et Iivo Niskanen (Finlande). La troisième position s'est jouée sur sprint à quatre, remporté par le Russe Alexander Bessmertnykh.
«Il s'agit de mon meilleur résultat ici en Coupe du monde. Finir à deux dixièmes du podium, c'est un peu crève-coeur, mais si on m'avait dit au départ que j'aurais été sixième, je l'aurais pris. C'est le parcours le plus difficile du circuit, et au sprint, je luttais avec des gars qui n'avaient pas couru, mercredi», notait Harvey, huitième à Drammen en milieu de semaine.
Le fondeur de Saint-Ferréol-les-Neiges n'avait jamais fait aussi bien à Holmenkollen, à l'exception d'une cinquième position aux Mondiaux de 2011. Son père, Pierre Harvey, avait remporté cette course dans le cadre du 100e anniversaire de l'épreuve en 1988.
Harvey a terminé sa journée de travail en 2h04:15,1, soit à deux petits petits tic-tac de la troisième marche du podium. Il venait de se farcir deux courses de 50 km en moins d'une semaine pour la première fois de sa carrière.
«À la fin, j'avais des crampes partout. Deux 50 km en sept jours, c'est du stock.»
Sundby l'emportait une deuxième année d'affilée devant ses partisans, qui étaient plus de 65 000 le long des pistes. Sundby a profité des trois derniers kilomètres pour distancer Niskanen et l'emporter par 9,9 secondes en 2:02:59.7
À Québec dimanche
Auteur de cinq podiums en 2016-2017, Harvey revient chez lui, dimanche, en fin d'après-midi. Il doit se pointer à l'aéroport international Jean-Lesage vers 16h15. Il ne sera pas seul, puisque toute la caravane de la discipline débarque en ville pour les finales de la Coupe du monde, qui seront disputées sur les plaines d'Abraham, la fin de semaine prochaine, autant chez les hommes que les dames.
Quatrième au départ de la course, Harvey occupe désormais le troisième rang au classement général de la Coupe du monde FIS, derrière Sundby et le Russe Sergey Ustiugov. Il devance le Finlandais Matti Heikkinen par sept points (844 contre 837) tandis que Sundby est assuré de remporter le Globe de cristal. Harvey est aussi troisième au classement par distance.
«Ça montre à quel point j'ai connu une saison constante. J'ai grimpé troisième et je cours après les points pour finir sur le podium au cumulatif. L'écart n'est pas gros avec Heikkinen, mais le format des finales me convient mieux sur papier, car il ne se qualifie jamais dans les 30 premiers au sprint.
«Je suis parti depuis le 5 novembre, c'est long, mais en même temps, ça passe vite. Ça aide aussi lorsqu'on connaît une bonne saison...»