L'Italien Federico Pellegrino a été sacré champion du monde du sprint individuel de ski de fond, jeudi à Lahti.

Harvey 12e au sprint des Mondiaux

Médaillé de bronze en 2013 et d'argent en 2015, Alex Harvey n'a pas pu compléter son tour du chapeau au sprint individuel des Championnats du monde de ski de fond, jeudi à Lahti, en Finlande, en terminant au 12e rang.
Le fondeur de Saint-Ferréol-les-Neiges visait un cinquième podium à ce rendez-vous qui se tient tous les deux ans. Pour lui, la partie s'est jouée en demi-finale, où il n'a pas été en mesure de remonter en tête de course, comme il le fait habituellement au sprint.
«Comme je ne suis pas le meilleur au départ, ça me prend toujours quelques bons dépassements, mais il est tombé cinq centimètres de neige entre la qualification et les rondes éliminatoires et il n'y avait qu'une bonne ligne pour le faire, c'était plus lent sur les côtés. Les conditions étaient les mêmes pour tout le monde, mais je pense qu'elles convenaient un peu moins bien à mon style d'être en retard au départ», a-t-il résumé, une heure après la course.
Coincé au cinquième rang de sa vague en demi-finale, Harvey a été sanctionné pour avoir accroché le Norvégien Emil Iversen dans le dernier droit, ce qui l'a recalé à la sixième - et dernière - position. Ça expliquait son exclusion du top 10.
«Il y a toujours un élément de chance en sprint, le scénario du jour convenait plus aux gars qui sont rapides au départ. Ça fait partie de la game, et c'est la raison pour laquelle le sprint n'est pas la course à laquelle j'accorde le plus d'importance, même si j'y ai de bonnes chances de bien faire.»
L'Italien Frederico Pelligrino a grimpé sur la plus haute marche du podium devant le Russe Sergey Ustiugov et le Norvégien Johannes Hoesflot Klaebo. Chez les dames, Maiken Caspersen Falla a battu les Américaines Jessica Diggins et Kikkan Randall.
Bonne forme
Harvey s'estimait dans une «bonne journée», ses dépassements en quarts de finale et son classement en qualification lui servant de base d'évaluation. «Il y a longtemps que je n'avais pas fait un top 15 en qualification. En 2013, à Val di Fiemme, j'avais fini troisième au sprint après avoir été classé 26e en qualifs. J'ai gagné quelques rangs dans la dernière montée en quarts de finale, c'est un signe que la forme était bonne.»
Vendredi, Harvey s'offrira une sortie de récupération à la veille d'une fin de semaine chargée, où le skiathlon de 30 km (15 km en classique et 15 km en style libre) et le sprint par équipe l'attendent, samedi et dimanche.
«Je suis optimiste pour la suite des Mondiaux, j'ai d'autres options», a avoué celui qui participe à cinq des six épreuves masculines au programme. Il fera aussi le relais 4 X 10 km et le 50 km en style libre, la semaine prochaine.
Harvey en est à sa cinquième participation aux Mondiaux de ski de fond. Il a vécu ceux de Liberec (République tchèque), Oslo (Norvège), Val di Fiemme (Italie) et Falun (Suède).
«L'excitation est toujours la même, c'est vraiment une belle compétition», a indiqué Harvey. «Il y avait beaucoup d'ambiance, c'était bruyant, encore plus parce que je skiais dans des vagues où l'on retrouvait des Finlandais», a ajouté celui qui bouclera sa saison à la maison avec la tenue des finales de la Coupe du monde à Québec, les 17, 18 et 19 mars.