Mikhail Grigorenko doit profiter de son retour chez les Remparts pour dissiper tous les doutes à son endroit.

«Grigo» maître de sa destinée!

Un jeune de 19 ans peut commettre des erreurs et il serait injuste de s'acharner sur Mikhail Grigorenko parce qu'il s'est accordé une période de réflexion avant de se rapporter aux Remparts.
L'attaquant russe ne semble pas toutefois comprendre qu'il est le seul et unique responsable de ses insuccès à ses deux premiers essais avec les Sabres de Buffalo. Il serait encore dans la Ligue nationale s'il avait livré la marchandise. Inquiétant de l'entendre dire qu'il a tout fait ce que les Sabres lui demandaient de faire pour rester à Buffalo.
C'est vrai que les Sabres ne l'ont pas aidé. Il n'était pas prêt, l'an dernier, pour la Ligue nationale. Il ne l'était pas davantage, cette saison. Il a été trimballé aux quatre coins de la planète hockey depuis deux ans.
En gérant mal le dossier, les Sabres l'ont porté à croire qu'il était mûr pour la Ligue nationale. Pas sûr non plus qu'il a été bien conseillé par son entourage. Les billets verts et la vie dans le grand circuit l'ont sans doute ébloui.
Après la récente décision des Sabres, la ville de Québec était le seul endroit où il pouvait poursuivre sa carrière. Et il n'était pas dans une position pour réclamer une transaction.
Mikhail Grigorenko est de retour dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Ses déboires à Buffalo démontrent qu'il en a encore beaucoup à apprendre. Il doit donc profiter de ce retour chez les Remparts pour dissiper tous les doutes à son endroit.
On ne dénigre pas Mikhail Grigorenko en affirmant qu'il n'est pas un talent exceptionnel comme Sidney Crosby, Nathan MacKinnon et quelques rares exceptions. Ce qui ne veut pas dire qu'il ne répondra jamais aux espoirs placés en lui.
Les circonstances étant ce qu'elles sont, il a pris du retard dans son développement. Il a encore le temps de se rattraper.
Des dirigeants différents déplorent les mêmes failles dans son jeu depuis deux ans. Ce n'est jamais un bon signe de se faire reprocher un manque d'intensité à un aussi jeune âge. À lui de jouer. Il sait ce qu'il doit réaliser pour parfaire son apprentissage. À lui de faire son bout de chemin!
Le retour de Grigorenko donne un atout de taille aux Remparts dans la course au premier rang de la division Est Telus. Une lutte sans merci entre les Remparts, l'Océanic de Rimouski et le Drakkar de Baie-Comeau, trois équipes du territoire desservi par Le Soleil.
Avec Philippe Boucher à Québec et Serge Beausoleil à Rimouski, les Remparts et l'Océanic sont entre bonnes mains. Je le connais moins, mais Éric Veilleux, l'entraîneur du Drakkar, jouit d'une excellente réputation.
Pauvre A-Rod!
On peut retourner le dossier Alex Rodriguez dans tous les sens sans jamais comprendre ce qui s'est passé dans la tête de ce talentueux joueur de baseball. Il n'avait pas à se doper pour briller dans son sport.
Suspendu par le baseball majeur, il nie et il ment. C'est le propre du tricheur d'agir de la sorte. Il n'a même pas l'appui de l'Association des joueurs dans ses poursuites judiciaires. J'aime mieux dire qu'il a détruit son image plutôt que celle de son sport. Les joueurs passent, le baseball reste. Le sport a une résilience sans limites pour survivre aux tricheurs comme Alex Rodriguez, Lance Armstrong et tous les autres.
Un faible pour pascal
Je ne suis pas un expert en boxe et je n'aspire pas à le devenir. Un peu comme tout le monde, certains combats attirent davantage mon attention. Comme celui que se livreront Lucian Bute et Jean Pascal.
Sans vraiment connaître les forces et les faiblesses des deux pugilistes, je souhaite la victoire de Pascal. Il a une bonne bouille et son petit côté baveux ne m'indispose pas du tout. En boxe, les vedettes locales déplacent les foules. Le combat Bute-Pascal en est un bel exemple.