La grande tyrolienne de la Grande Allée s'étend sur 450 pieds, de la station de départ de 24 pieds devant le Maurice Night Club jusqu'à la Rôtisserie St-Hubert.

Grande Allée: des airs de Las Vegas

Survoler la Grande Allée suspendu à 20 pieds dans les airs, impossible? Pas durant les deux dernières fins de semaine du Carnaval de Québec avec la grande tyrolienne. Inspiré de celles de Las Vegas, le concept québécois se veut spectaculaire.
Imaginé par André Verreault, directeur général d'Action promotion Grande Allée, et son équipe, la grande tyrolienne de la Grande Allée s'étend sur 450 pieds, de la station de départ de 24 pieds devant le Maurice Night Club jusqu'à la Rôtisserie St-Hubert.
«L'inclinaison naturelle de la rue en fait le spot idéal dans la ville», explique Patrick Gagnon, un des organisateurs de la boîte Gestion d'événements Victoire, ajoutant que l'organisation a voulu créer une expérience unique. «On s'est dit qu'on voulait faire quelque chose de différent, amener un nouveau type de trip sur la Grande Allée.»
Les organisateurs vont aussi immortaliser le moment des participants avec une photo imprimée sur place dans l'heure et accessible sur le site grandetyrolienne.com. Ils pensent même ajouter l'utilisation d'une caméra GoPro. «On veut qu'ils donnent un show en descendant!»
Les détenteurs de l'effigie du Carnaval pourront prendre part à l'activité gratuitement, et les organisateurs recommandent fortement de s'en procurer une avant de se présenter. «Nous nous attendons à tout un succès. D'ailleurs, nous allons évaluer le déroulement de l'activité tout au long des six journées», souligne M. Gagnon. Le projet sera donc assez flexible et adapté à la demande.
Bien que les heures d'ouverture de la tyrolienne n'ont pas encore été fixées, la rue sera fermée à la circulation pour l'occasion, et les piétons auront accès aux trottoirs et, bien sûr, aux commerces.
Quelques détails techniques sont à retenir pour ceux qui voudraient se lancer dans le vide. Seuls les carnavaleux âgés de 10 ans et plus, pesant au moins 30 kilos (70 lb) et pas plus de 100 kilos (220 lb) et mesurant au minimum 1,30 m (4' 5''), seront acceptés.
Au départ, l'aspect technique était la plus grande difficulté. «Nous avons voulu faire une tyrolienne double, dans le même genre que celle de Las Vegas, mais le manque d'espace ne nous a permis que d'en faire une simple», affirme M. Gagnon.
André Verreault, joint au Mexique, confirme un budget total de 75 000 $, dont une partie a été fournie par le Centre local de développement de Québec.
Derby sur neige
Une compétition de derby sur neige sera aussi présentée à la place George-V les 8 et 9 février. Sur ce circuit hivernal, les chevaux devront réussir le plus rapidement possible le parcours d'environ 500 mètres préétabli. «Il y aura beaucoup d'obstacles et de dénivellations sur le circuit, ce sera très impressionnant», souligne Denis Martin, copropriétaire de la Rôtisserie St-Hubert et un des organisateurs de l'événement.
Plusieurs meneurs québécois sont attendus, mais aussi un volet international. «Des coureurs de la France, de la Hollande et des États-Unis seront présents. Les autres viennent de partout au Québec, de Bellechasse, du Saguenay et du nord de Montréal. En tout, nous verrons les performances de 30 équipes», confirme M. Martin.
***
Vous voulez y aller?
> La tyrolienne (gratuite avec effigie du Carnaval): du 7 au 9 et du 14 au 16 février
> Derby St-Hubert: Place George-V; 8 février de 13h à 15h et de 19h30 à 21h30, 9 février de 10h30 à 12h30 et la grande finale de 13h à 15h
***
Un secret bien gardé
L'héritage améridien
Bien que l'on célèbre cette année le 60e Carnaval de Québec, le premier à avoir été présenté remonte au 29 janvier 1894. Jusqu'au 3 février de cette année-là, les premiers carnavaleux sont invités à glisser sur la terrasse Dufferin sur des traînes sauvages, à jouer à la crosse, un sport inventé par les Amérindiens, à participer à la première course en canot, autre activité traditionnelle amérindienne et aussi à une course en raquettes. L'héritage amérindien rattaché au Carnaval est en fait immense, que l'on pense aux divers produits de l'érable, aux courses de traîneaux à chiens, inaugurées en 1896, et à la ceinture fléchée, dont le modèle de facture amérindienne date d'avant 1840. Jusqu'en 1954, le Carnaval n'a été présenté que sporadiquement. C'est l'arrivée de Bonhomme qui a marqué le commencement du Carnaval moderne.
***
<p>André Verreault</p>
<p>Patrick Gagnon</p>
Ce qu'ils en disent
> André Verreault, directeur général d'Action promotion Grande Allée
«Ça fait quelques années déjà que nous avons ce projet en tête et c'est le fun de voir que ça se réalise. On pense que ça va faire déplacer pas mal de monde.»
> Patrick Gagnon, organisateur d'événement chez Gestion d'événements Victoire
«C'est un événement spectaculaire jamais vu en plein coeur de la ville de Québec. Avec l'effet visuel qui sera complètement capoté, ça risque de faire déplacer pas mal de monde. Chez nous, nous voulons ajouter des petits et grands plus à l'expérience de la Grande Allée. La tyrolienne répond exactement à ça!»
<p>Philippe Desrosiers</p>
> Philippe Desrosiers, copropriétaire du Maurice Night Club
«Enfin nous retrouvons le palais de glace en face du parlement, c'est une attraction majeure. C'est vraiment bien de retrouver le Carnaval dans les rues de Québec. Nous avons installé la cabane à Maurice juste en face pour créer une ambiance réchauffée avec du caribou, comme dans le bon vieux temps.»