Si les nappes et les festins se faisaient rares, quelques-uns ont profité de l'entrée gratuite pour renouer avec le Festival.

Grand pique-nique: une façon de renouer avec la fête

Les portes du site principal du Festival d'été de Québec (FEQ) étaient grandes ouvertes de 16h à 18h, jeudi, alors que le maire avait convié la population à un pique-nique, mise en bouche avant le spectacle d'ouverture. Si les nappes et les festins se faisaient rares, quelques-uns ont profité de l'entrée gratuite pour renouer avec le Festival.
«Il fait beau, c'est la fête, c'est juste le fun», a lancé Régis Labeaume, vers 18h15, quelques instants après avoir fait un toast à la santé de la Ville et du FEQ.
Les gens arrivés avant 18h ont pu assister, sans laissez-passer, à la prestation de Salomé Leclerc et à Félix, je me souviens. «Si l'admission gratuite peut en inciter quelques-uns à venir ou à revenir au festival... pourquoi pas?» a laissé tomber le maire. «Si ça peut les charmer.»
Selon les observations du Soleil, plus de la moitié des quelques centaines de gens arrivés avant 18h ne portaient ni bracelet ni macaron clignotant rouge. Les festivaliers possédant un laissez-passer, quant à eux, n'étaient pas nécessairement venus plus tôt pour pique-niquer, mais pour ancrer leurs chaises, permises pour cette soirée uniquement, à leur endroit préféré, avant l'arrivée de la masse.
Pour France, ce n'est pas le moût de pomme offert par la Ville qui l'a fait entrer au site dès 17h, mais plutôt un moyen pour la femme de presque 40 ans de revivre en partie «les belles années du Festival», alors que les spectacles étaient gratuits.
«L'ampleur, Lady Gaga, Snoop Dogg... Ça ne me rejoint plus. J'aimais l'époque où le Festival était sans prétention», a-t-elle partagé, bien heureuse cependant de pouvoir assister au spectacle de jeudi soir gratuitement.
Même son de cloche pour Catherine Duquette et sa famille, qui n'ont pas acheté leur laissez-passer cette année pour l'une des premières fois, mais qui tenaient à assister à l'hommage rendu à Félix Leclerc.
Comme quoi la programmation du FEQ 2014 peut plaire même à ceux qui la critiquent.