Samuel Girard, de Ferland-et-Boileau, a confirmé son rôle d'héritier de Charles Hamelin chez les hommes.

Girard et Boutin survolent les sélections en patinage de vitesse courte piste

La passation du flambeau a bel et bien eu lieu lors des sélections de l'équipe courte piste pour les Jeux olympiques de 2018.
Samuel Girard et Kim Boutin ont survolé la compétition, gagnant respectivement sept et huit des neuf courses dans leur volet respectif au cours de la semaine. Ils étaient même déjà assurés de leur place au sein de l'équipe canadienne provisoire avant la présentation des derniers 500 m et 1000 m, dimanche.
Charles Hamelin, Charle Cournoyer, Kasandra Bradette et Jamie MacDonald ont décroché les quatre autres places en jeu lors des sélections tenues à l'aréna Maurice-Richard.
Seulement les trois premiers patineurs chez les hommes et les femmes au classement général de la semaine de compétition obtenaient automatiquement une place au sein de l'équipe canadienne qui ira aux Jeux de Pyeongchang, en février. Les deux meilleurs résultats sur les deux meilleures distances (500, 1000 et 1500 m) étaient comptabilisés, c'est-à-dire quatre résultats sur neuf courses.
Girard, de Ferland-et-Boilleau, a confirmé son rôle d'héritier de Hamelin chez les hommes, même si «la locomotive de Sainte-Julie» a réussi à faire la barbe au jeunot en remportant la dernière course de la semaine.
Hamelin a privé Girard du triplé au 1000 m en ayant le dessus dans une finale endiablée. «Charles a bien patiné lors de la dernière course, a reconnu Girard, qui est âgé de 21 ans et qui avait signé une troisième victoire au 500 m plus tôt dans la journée. C'était sa dernière course au niveau canadien et je suis fier d'y avoir participé et de l'avoir vu gagner.»
Environ 24 heures après avoir confirmé sa première participation aux Olympiques, Girard cherchait encore ses mots pour exprimer ce qu'il ressentait. «Je ne le réalise pas encore, a-t-il dit. C'est le rêve de tout athlète amateur d'aller aux Jeux. De me rendre là, c'est un objectif qui vient d'être atteint et je vais vouloir bien faire là-bas.»
De son côté, Hamelin en sera à ses quatrièmes Jeux olympiques. Il a déjà trois médailles d'or et une d'argent à son palmarès et il a laissé entendre que la fin de sa carrière approchait peut-être.
«En 2006 [à Turin], c'était une surprise pour moi de me qualifier, a raconté Hamelin, maintenant âgé de 33 ans. Si on m'avait dit en 2006 que je participerais un jour à mes quatrièmes Jeux... c'est exceptionnel. C'est une expérience que je vais vivre avec le sourire et beaucoup de plaisir avec les gars et les filles de l'équipe.»
Hamelin a confirmé sa place au sein de l'équipe en signant une victoire et une deuxième place au 1500 m, ainsi qu'une victoire et une troisième place au 1000 m.
De son côté, Cournoyer, qui est âgé de 26 ans, participera à ses deuxièmes Jeux olympiques, lui qui avait gagné le bronze au 500 m aux Jeux de Sotchi, en 2014. Il a terminé deux fois deuxième au 1000 m et deux fois troisième au 500 m pendant les sélections.
Trois recrues
En l'absence de Marianne St-Gelais, blessée à l'entraînement avant la compétition, et de Valérie Maltais, tombée au combat mercredi, la relève a aussi fait sa place chez les femmes.
Boutin, de Sherbrooke, MacDonald, de Fort St. James, en Colombie-Britannique, et Bradette, de Saint-Félicien, en seront toutes les trois à leur première participation aux Olympiques.
«Je pense que le fait d'avoir commencé la semaine en force m'a aidée, a raconté Boutin, qui a complété des triplés au 500 m et au 1000 m, dimanche. J'ai gardé la même ligne directrice par la suite. Ça aurait été facile de me dire que je pouvais relaxer une fois que j'avais ma place, mais je suis restée dans ma bulle et je me suis concentrée sur le travail à faire.»
De son côté, Bradette, 27 ans, a signé deux deuxièmes places au 500 m, ainsi qu'une deuxième et une troisième place au 1000 m. «Avant, c'était seulement un idéal que je ne pensais pas atteindre, a mentionné Bradette au sujet du rêve olympique. J'ai mis les efforts et j'ai trouvé des solutions chaque fois que j'avais des difficultés. J'ai ensuite vu que je pouvais y parvenir.»
En plus de St-Gelais et Maltais, le vétéran François Hamelin a aussi été incapable de compléter la semaine, victime d'une chute, samedi. Les trois patineurs devraient cependant hériter de trois des quatre autres places disponibles au sein de l'équipe via une demande d'exemption ou un choix des entraîneurs. L'identité des quatrièmes et cinquièmes membres de chaque côté sera dévoilé le 30 août.