Philippe Couillard, chef du Parti libéral, reprend la promesse de son prédécesseur Jean Charest de créer 250 000 emplois en cinq ans.

Générer 250 000 emplois: objectif ou tendance du marché?

Le chef du Parti libéral du Québec, Philippe Couillard, a pris l'engagement de générer la création de 250 000 emplois au cours des cinq prochaines années s'il est élu. Un projet optimiste? Voyons voir...
Les faits: l'annonce de M. Couillard signifie une moyenne de 50 000 emplois créés par année, pour les cinq prochaines années. Un nombre qui peut paraître faramineux auprès des électeurs, surtout après qu'un sondage CROP-Le Soleil-La Presse publié jeudi eut révélé que 46 % des Québécois ont désigné l'économie comme étant l'enjeu déterminant à l'occasion des élections provinciales.
Cependant, plusieurs études économiques, réalisées avant le lancement de la campagne, vont déjà dans le même sens que M. Couillard, en prédisant qu'environ 48 000 emplois devraient être créés par année...
Au cours des 10 dernières années, de 2003 à 2013, l'économie québécoise a généré en moyenne 41 230 emplois, selon des données de l'Institut de la statistique du Québec. La plus forte création a été observée en 2007 avec 91 600 emplois. L'année la plus difficile a été 2009, alors que 32 000 emplois ont été perdus durant la récession.
L'équipe économique de la Banque Laurentienne, dirigée par Carlos Leitao, qui a été dernièrement nommé candidat libéral dans la circonscription de Robert-Baldwin, prévoit, selon des données publiées en janvier, la création de 48 000 emplois pour 2014 et 2015. Chez Desjardins, on parle de 56 000 emplois pour 2014 et de 65 000 pour 2015. Toujours selon les données de Desjardins, 47 800 emplois ont été créés en 2013, comparativement à 30 800 en 2012, à 38 500 en 2011 et à 66 700 en 2010.
«Il [M. Couillard] ne fera pas de miracle. Ce n'est pas un chiffre faramineux», souligne Gilles Grenier, professeur au Département de science économique de l'Université d'Ottawa. «Les emplois doivent se créer à la même vitesse que la population augmente, et peut-être plus si l'on souhaite réduire le chômage. Il y a différentes sortes d'emplois. Le Québec a sûrement un potentiel [de développement] dans les produits d'exportation, ressources naturelles, gaz de schiste, pétrole, mines, forêts... Je pense que ce que M. Couillard veut dire, c'est qu'il va travailler au développement économique, développer les ressources, et, si cela fonctionne, on va créer des emplois.»
=> Le verdict: la promesse libérale est à portée de main.