Le président de la Fondation Nordiques, Me Marcel Aubut, s'explique mal cette situation et pointe le manque de professionnalisme d'ExpoCité.

Gala Triomphe: un contrat aurait été signé le 21 avril avec ExpoCité

Un contrat a été signé le 21 avril entre ExpoCité et la Fondation Nordiques concernant la tenue du Gala Triomphe au Colisée, selon la mise en demeure envoyée par Marcel Aubut.
C'est ce que rapportait ICI Radio-Canada.ca mercredi soir, après avoir eu accès à ladite mise en demeure, qui réclame dédommagement à la Ville de Québec et à ExpoCité pour les torts causés par l'annulation du Gala Triomphe.
Toujours d'après ICI Radio-Canada, le document dit que «le 21 avril [...], le contrat de location, préparé et soumis par ExpoCité, a été signé par un représentant de notre client». Le document stipulerait clairement que la Fondation Nordiques allait avoir un accès continu au Colisée à compter de 8h, le 28 avril. 
La Ville muette
Jointe par Le Soleil, la Ville de Québec n'a pas voulu commenté ces informations «pour des raisons évidentes», est le fait qu'elle est actuellement engagée dans un processus judiciaire.
Régis Labeaume et ExpoCité nient toutefois l'existence d'un tel contrat depuis le tout début de cette controverse. Mardi, le maire s'est d'ailleurs dit persuadé de l'emporter devant la justice, assurant ne pas craindre d'avoir à se défendre sur cette question. «Y'a pas de souci, s'il veut aller devant la cour, ça va nous faire plaisir, on va débattre ça, mais on va apprendre des choses. J'ai hâte de voir comment ça coûte, cette soirée-là, pourquoi c'était si démesuré, pourquoi ça doit coûter une fortune.»
Régis Labeaume a d'ailleurs reproché à Marcel Aubut de s'être lancé dans la «démesure» en planifiant un événement nécessitant trois jours de préparation. 
Le Gala Triomphe, qui devait se tenir le 30 avril au Colisée, aurait accueilli quelque 1400 invités et récompensé l'excellence du sport amateur. L'an dernier, plus de 500 000 $ avaient été remis aux athlètes de la région.