L'annulation du Gala Triomphe, qui aurait dû se tenir jeudi, continue de soulever beaucoup d'interrogations.  Marcel Aubut avait mis sur pied un gala très ambitieux pour honorer les meilleurs athlètes de la région.

Gala Triomphe: la fondation de Marcel Aubut enverra une mise en demeure à ExpoCité

Marcel Aubut passe de la parole aux actes. Sa fondation, la Fondation Nordiques, enverra «sous peu» une mise en demeure à ExpoCité afin d'être dédommagée pour les torts causés par l'annulation du Gala Triomphe, lequel devait avoir lieu au Colisée le 30 avril.
Dans un communiqué de presse diffusé lundi après-midi, l'organisation pilotée par l'ancien président des Nordiques est catégorique : «il existait bel et bien un contrat de location avec ExpoCité pour la présentation du Gala Triomphe 2015». «Conséquemment, une mise en demeure sera acheminée sous peu à ExpoCité», poursuit la missive.
La Fondation Nordiques se dit notamment forte d'un avis juridique commandé à la firme Fasken Martineau pour appuyer ses démarches. Les montants qui seront réclamés n'ont pas été dévoilés et aucun autre commentaire n'a été émis par Marcel Aubut ou son organisation.
Toujours en vertu de son communiqué, l'équipe de Triomphe laisse entendre qu'elle n'a rien à se reprocher dans l'imbroglio survenu ces dernières semaines et qu'il revient ExpoCité de porter l'odieux.  
«Une faute, intentionnelle ou non, de la part d'ExpoCité a forcé l'organisation à annuler la présentation de cette soirée de reconnaissance destinée à honorer les athlètes de la grande région de Québec et à amasser des fonds qui leur sont retournés sous forme de bourses», accuse la Fonadtion Nordiques. 
Rappelons que le Gala Triomphe devait avoir lieu le 30 avril au Colisée Pepsi. Marcel Aubut attendait 1400 convives et des dizaines d'invités, dont plusieurs anciens Fleurdelysés comme Dale Hunter, Alexei Gusarov et les frères Stastny. Il espérait également rendre un hommage aux 67 ans d'existence du vétuste aréna, d'où l'idée d'y tenir le gala. 
M. Aubut et ses partenaires étaient convaincus d'avoir un accès exclusif au Colisée du 28 avril au matin jusqu'au soir du gala. Mais ExpoCité, qui insiste pour dire qu'il n'y avait aucun contrat signé «de façon authentique» pour sceller l'entente, a laissé le Colisée aux Remparts dans la soirée du 28 avril pour la tenue d'un match éliminatoire de la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Il restait alors moins de deux semaines avant le gala. Malgré des solutions proposées par ExpoCité, Marcel Aubut a pris la décision de tout annuler, faute de temps pour se préparer dans les nouveaux délais imposés par le locateur. La direction d'ExpoCité a d'ailleurs décrié «l'intransigeance» de M. Aubut peu après l'annonce de l'annulation. 
Lundi dernier, quatre jours après que la nouvelle soit tombée, le maire de Québec, Régis Labeaume, a déclaré «qu'il n'y avait pas de contrat», abondant dans le même sens qu'ExpoCité. Il disait avoir passé au peigne-fin la documentation les deux parties. «J'ai vu tout ce qu'il y avait à voir de papier et je vais vous dire que quant à moi, il n'y avait pas de contrat», avait-il tranché.