Dix des 17 blessés ont été hospitalisés dans un état grave.

Fusillade en Californie: un règlement de comptes entre collègues

La fusillade qui a fait 14 morts et 21 blessés mercredi avant-midi à San Bernardino, en Californie, serait un règlement de comptes entre collègues.
<p>La fusillade s'est produite au Inland Regional Center, à une centaine de kilomètres à l'est de Los Angeles, où le département de la Santé publique du comté de San Bernardino avait loué une salle pour une réception.</p>
Le premier suspect, Syed Rizwan Farook, a quitté une réception au Inland Regional Center apparemment sans raison, mais possiblement après s'être querellé avec des collègues. Il serait ensuite revenu sur place avec sa conjointe, Tashfeen Malik. Les deux individus étaient alors lourdement armés, mais toutes leurs armes avaient été achetées légalement.
L'hypothèse d'un règlement de comptes avait déjà été évoquée par la police, qui n'excluait pas non plus qu'il ait pu s'agir d'un geste de terrorisme domestique.
La fusillade s'est produite au Inland Regional Center, à une centaine de kilomètres à l'est de Los Angeles, où le département de la Santé publique du comté de San Bernardino avait loué une salle pour une réception. Farook travaillait pour le comté depuis cinq ans.
Un collègue, Patrick Baccari, a raconté que Farook a quitté subitement la réception, sans même emporter son manteau. M. Baccari a ajouté que Farook s'était récemment rendu en Arabie saoudite, d'où il était rentré avec une femme, et qu'il avait commencé à se laisser pousser une barbe.
Le couple avait confié sa fillette de six mois à des proches mercredi matin, en prétextant un rendez-vous médical.
Environ quatre heures après le drame, les policiers ont criblé de balles un véhicule utilitaire sport noir à moins de cinq kilomètres du site de la fusillade. Farook et Malik ont été retrouvés morts à l'intérieur. Ils étaient lourdement armés de fusils d'assaut et d'armes de poing et portaient des vêtements de style militaire.
Plus de 1600 balles
Le chef de la police de San Bernardino, Jarrod Burguan, a révélé lors d'une conférence de presse, jeudi, que les deux suspects avaient plus de 1600 balles et qu'une perquisition de leur domicile a permis de saisir 12 bombes tuyaux.
Deux blessés ont été hospitalisés dans un état grave.
Une troisième personne aperçue courant près du lieu de la fusillade a été mise en détention, mais on ignore si cette personne avait un quelconque lien avec la tuerie.
Il s'agit de la fusillade la plus mortelle à survenir aux États-Unis depuis que 26 enfants et adultes ont été massacrés dans une école primaire du Connecticut il y a trois ans.
Le président américain Barack Obama a ordonné que les drapeaux soient placés en berne en mémoire des victimes.