Le Full Flex Express Tour s'arrête à Québec jeudi.

Full Flex Express Tour: Skrillex, Diplo... et les autres

Séparément, ils ont fait danser les plaines d'Abraham en 2012, lors de la toute première soirée électro du Festival d'été. Alors que le Full Flex Express Tour, qui traversera le Canada en train entre le 8 et le 19 juillet, fera escale dans la capitale jeudi, les DJ Skrillex et Diplo renoueront avec la grande scène sous la bannière de Jack Ü, un projet commun qui a déjà beaucoup fait jaser.
L'association entre les deux artistes, qui ont lancé cet hiver l'album Skrillex and Diplo Present Jack Ü, avait déjà de quoi attiser les passions des amateurs du genre.
La popularité de Skrillex ne se dément pas : Sonny Moore (de son vrai nom) compte six prix Grammy à son palmarès et a engrangé des revenus estimés à 16,5 millions $US en 2014, ce qui lui vaut une place dans le top 10 des DJ les mieux payés dressé par le magazine Forbes.
Qu'il joue les producteurs auprès de vedettes de la pop - il a notamment collaboré de près au récent Rebel Heart de Madonna - ou qu'il fasse du millage avec le groupe Major Lazer, Thomas Wesley Pentz, alias Diplo, n'est pas en reste non plus. Mais le nom de Justin Bieber inscrit sur la pochette a donné une tout autre proportion à l'engouement... et à une certaine controverse.
L'affaire Bieber
Applaudie par les uns, décriée par les autres, la collaboration avec la jeune star a créé une déferlante de commentaires en ligne. L'arrivée cette semaine d'une vidéo a relancé la machine à opinions. On y voit Bieber devenir un canevas pour des illustrations et des animations diverses. Les gars de Jack Ü ont décrit le clip comme une ode à leurs fans.
«Nous marchons sur une mince ligne en étant "célèbres" et dans l'oeil du public. [...] Justin a écrit cette chanson durant une période difficile de sa vie, et ça nous fait réaliser qu'en tant qu'artistes, nous ne sommes parfois que des objets. Nous devons l'utiliser dans notre création», ont-ils écrit dans la description de la vidéo, qui a déjà largement passé le cap des six millions de clics sur YouTube. 
Toujours prompt à mettre son grain de sel, le célèbre deadmau5 (qu'on a aussi pu voir sur les Plaines l'année dernière) a qualifié sur Twitter l'ensemble de «merdique». Skrillex se laissera-t-il atteindre par la critique de celui auprès de qui il a percé? Sans doute pas, si l'on se fie à l'entrevue qu'il a donnée dans les derniers jours à la journaliste américaine Katie Couric et diffusée sur la plateforme Yahoo!
«Mes vrais fans comprennent ce que je fais. Ils savent que je m'en fous, que je n'ai pas peur d'échouer ou de faire quelque chose que les gens n'aiment pas», a-t-il confié dans cet entretien, où il a aussi rejeté du revers de la main les critiques de ceux qui ne le considèrent pas comme un «vrai musicien». 
«Ils ne comprennent pas, a-t-il tranché. C'est facile pour les gens qui ne comprennent pas quelque chose de le démolir. Ça les insécurise de ne pas comprendre ce qui est cool et nouveau. Tout ce que je dis, c'est : "Si c'est si facile, venez le faire".»
En somme, ses détracteurs, selon Skrillex, sont tout simplement trop vieux. «Je ne veux offenser personne en disant cela, mais je ne veux pas faire de la musique pour les vieux. C'est une question de mentalité et non d'âge», a-t-il expliqué à Couric, de 31 ans son aînée.
À 27 ans, Sonny Moore ne se considère déjà plus parmi les jeunes, d'ailleurs. «Mais j'ai encore l'impression d'avoir 16 ans, précise-t-il. J'ai toujours fait de la musique pour le gars de 16 ans en moi, même si dire ça sonne cheesy. La musique électronique est une plateforme. Il y a toute une controverse à propos du terme EDM [Electronic Dance Music]. C'est plus une plateforme qu'un genre musical. Ça définit comment la musique est faite. Et ce sont les jeunes qui font ça. C'est pour ça que j'ai une maison de disques. Chaque année, les jeunes deviennent meilleurs que nous. Dans 10 ans, on va voir un bébé faire une chanson...» 
=> Vous voulez y aller?
Quoi : Full Flex Express Tour
Quand : le 9 juillet dès 16h30
: plaines d'Abraham
Accès : laissez-passer
<p>Diplo et Skrillex</p>
Des hippies aux DJ
Skrillex a choisi le train pour distiller cet été les rythmes urbains d'un bout à l'autre du Canada. Quarante-cinq ans avant lui, rockeurs et hippies avaient tracé la voie avec le Trans Continental Pop Festival, qui a fait voyager sur rails les Janis Joplin, Grateful Dead, The Band... et même Robert Charlebois. Le festival ambulant a fait escale au début de l'été 1970 à Toronto, à Winnipeg et à Calgary.
Selon la petite histoire, la tournée devait à l'origine commencer à Montréal, mais la première représentation a été annulée pour cause de conflit d'horaire avec les célébrations de la Saint-Jean-Baptiste. Le périple, où on ne se couchait, semble-t-il, pas tôt et encore moins à jeun, a été le sujet d'un documentaire, Festival Express, réalisé par Bob Smeaton et lancé en 2003.  
***
Sur le quai d'embarquement
Zeds Dead 
Origine : Toronto
Sous ce nom emprunté au film Pulp Fiction de Quentin Tarantino se cachent deux Torontois, Dylan Mamid et Zack Rapp-Rovan, alias DC et Hooks. Leur objectif? «Faire bouger les gens sur leur son et pas seulement se secouer la tête» en combinant «l'extase et la camaraderie de la house, le frisson que procure le drum and bass, la beauté de l'ambient et la lourdeur de l'électro», proclament-ils dans leur biographie en ligne.
***
<p>A$AP Ferg</p>
<p>Tycho</p>
A$AP Ferg 
Origine : New York
Membre du collectif hip-hop A$SAP Mob basé à Harlem, A$AP Ferg, né Darold Ferguson, a d'abord fait sa marque dans l'industrie de la mode en lançant la griffe Devoni Clothing. Il a proposé son premier album solo, Trap Lord, en 2013. 
***
Tycho 
Origine : San Francisco
D'abord un projet solo, celui du musicien et designer graphique Scott Hansen, Tycho est devenu un trio lorsque le producteur s'est adjoint les services du guitariste Zac Brown et du batteur Rory O'Connor. Dans une veine électro ambient, la formation niche pas trop loin du duo écossais Boards of Canada, à laquelle elle est souvent comparée.  
***
<p>Kiesza</p>
Kiesza 
Origine : Calgary
Chanteuse et multi-instrumentiste, Kiesa Rae Ellestad a fait sa marque sur la scène pop avec le succès Hideaway, qui a fait bonne figure sur les palmarès et qui a impressionné la reine du genre. Madonna a en effet publié sur Instagram une vidéo de danseurs à l'oeuvre sur cette chanson, accompagnée de la description : «Une autre raison de se réveiller en souriant.» Paru l'an dernier, son album Sound of a Woman lui a permis de remporter trois prix à la dernière cérémonie des Juno. Elle a collaboré avec Skrillex et Diplo sur le titre Take Ü There de Jack Ü.
***
Hundred Waters 
Origine : Gainesville
Quatuor floridien formé de Paul Giese, de Nicole Miglis, de Zach Thetreault et de Trayer Trion, Hundred Waters est reconnu pour l'équilibre qu'il sait créer entre sonorités organiques et électroniques. Après un premier album éponyme lancé en 2012, le groupe a été remarqué par Skrillex, qui l'a recruté sous son étiquette OWSLA. Hundred Waters faisait partie des passagers du premier Full Flex Express Tour, qui a arpenté le Canada il y a trois ans. 
***
Anna Lunoe et Mija 
Origines : Sydney (Australie) et Phoenix
Figures montantes de la scène électro américaine - la première brasse de l'air depuis qu'elle s'est installée à Los Angeles, la seconde s'est notamment fait remarquer lors d'une collaboration avec Skrillex l'an dernier -, les deux DJ se produiront en duo sur la scène des Plaines.