Document 1 a valu à François Blais le Prix de création littéraire 2013 décerné la semaine dernière par la Ville de Québec et le Salon du livre.

François Blais, Document 1: derrière la façade du livre

Dans ses livres, François Blais vit une relation plutôt intime avec son lecteur. Une familiarité ni insolente ni déplacée, plutôt cordiale et respectueuse, s'établit au fil des pages. Pas étonnant que dans la vraie vie, le tutoiement vienne aussi naturellement.
On le dit très timide, mais après avoir lu Document 1, son cinquième roman publié à L'instant même, on a du mal à le croire.
Ce livre a valu à François Blais le Prix de création littéraire 2013 décerné la semaine dernière par la Ville de Québec et le Salon du livre. L'écrivain remportait du coup une bourse de 5000 $, la première de sa jeune carrière.
Les juges ont souligné le «plaisir profond» que procure la lecture de Document 1, plaisir qui tient, selon eux, à «l'équilibre entre le style, le ton et l'histoire».
Ce roman aux accents faussement légers jette sur le monde d'aujourd'hui un regard tout sauf complaisant. Qu'on soit né à Grand-Mère en Mauricie et qu'on rêve de découvrir Bird-in-Hand, en Pennsylvanie, comme Tess et Jude, les deux protagonistes de Document 1, n'est qu'accessoire. Un prétexte, si vous voulez. L'important, c'est la qualité de la langue, son ironie, sa dérision, son humour, sa maîtrise également, qu'on savoure au fil des chapitres.
On le dit très timide, disions-nous, mais dans son livre, François Blais se montre plutôt hardi, sûr de lui, baveux même, surtout quand il cite certains extraits de l'oeuvre de collègues dénichés sur le Web.
«C'est pas pareil, plaide-t-il en entrevue. S'exprimer par écrit et en personne, c'est deux affaires différentes. Quand t'es écrivain, tu ne penses pas vraiment que dans deux ans, ça va peut-être sortir.»
Il faudrait demander ce qu'en pensent Paule Doyon, l'auteure de Livre M, dans lequel celle-ci révèle, paraît-il, les plus grands mystères de l'existence, ou encore à Gilles Descôteaux, comédien recyclé en chansonnier country.
François Blais se défend de diffamer qui que ce soit. Il admet toutefois ne pas avoir choisi dans l'oeuvre de ses «victimes» les passages les plus édifiants.
Il faut tout de même avouer que Marc-André Poissant, alias Marc Fisher, prête flanc à la critique avec son guide intitulé Le métier d'écrivain et dans lequel il enfonce une série de portes ouvertes. Une vraie caricature en soi. Blais cite plusieurs passages savoureux. «C'est sûr que je m'arrange pour le faire mal paraître, dit-il. Si tu lis ses livres de la première à la dernière ligne, il peut dire des affaires qui ont du bon sens.»
Document 1 représente d'une certaine manière l'archétype de tout ce qu'un jeune auteur doit chercher éviter, à commencer par le titre, peu accrocheur, et qui en plus risque d'être ignoré par les moteurs de recherche. «J'ai souvent de la misère avec ça, le titre», plaide François Blais en toute bonne foi. «C'est pas mal à la fin que je le trouve. C'est pas mal la partie que je trouve pas facile. C'est venu de même. Après m'être relu, j'ai trouvé que c'était une bonne idée. Je me suis fait dire pareil que ce n'était pas une bonne idée. Finalement, ça a passé comme ça.»
Tout de même, intégrer dans son livre la description complète et exhaustive d'une Chevrolet Monte Carlo 2003 tirée du site Web d'un certain Éric Descarries, avouons qu'il faut oser. «Ouin, ouin, je ne sais pas, c'est mon premier roman écrit avec accès à Internet. Ça devient plus facile. C'est peut-être pour ça que j'abuse de la documentation.»
Derrière la façade du sarcasme et de naïveté, derrière une écriture dans le style «sur le coin de la table», on sent de la réserve, de la mesure. Le jeune homme reconnaît avoir travaillé fort.
Mais Document 1, c'est déjà de l'histoire ancienne pour lui. Son nouveau livre, déjà terminé et remis à son éditeur, s'engage dans une voie tout à fait différente. La classe de Madame Valérie - un titre qu'il a trouvé tout seul, clame-t-il avec fierté! - commence à la petite école. Il s'agit d'un roman choral écrit à la troisième personne et dans lequel on suit plusieurs personnages sur plusieurs années. Il doit arriver en librairie le 9 avril.