Foule et ambiance familiale au défilé de Charlesbourg

L'appel à la fête a été entendu, mais les carnavaleux ont préféré laisser leur flasque à la maison pour le Défilé de Charlesbourg. Dans la foule nombreuse, les biberons surpassaient de beaucoup les cannes de caribou.
Peu avant 19h, les familles et les poussettes s'avancent en masse vers le lieu de la parade. Pas la peine de chercher des stationnements à proximité, toutes les places sont occupées. Plus on approche du tracé, plus la foule se densifie. Les trompettes résonnent. Les locaux sont au rendez-vous.
Près des clôtures, des groupes serrés d'enfants se disputent pour savoir qui verra le mieux. L'ambiance est résolument familiale, mais l'énergie ne manque pas.
Les enfants en premier
Chez les adultes, l'alcool se fait rare, même chez les plus jeunes. La seule canne du Carnaval entrevue était remplie de Ginger Ale. «On vient pour les enfants en premier», commente Mathieu Plante qui, avec son fils Nathan sur ses épaules, attendait l'arrivée des premiers chars.
«Il y a plusieurs façons d'avoir du plaisir et ce soir, le plaisir était en famille», se réjouit Alain April, président du conseil d'administration du Carnaval.
Peu de «vices» donc, mais bien du fun à ce premier défilé de la 62e présentation.
La température a incité les gens de Québec à sortir le nez dehors. «C'est clément. On trouve ça un peu féérique tous les petits flocons qui tombent», raconte Denise Godin, qui est venue encourager sa fille, la reine du Carnaval Amélie Godin-Gosselin, en compagnie d'élèves, d'amis et de collègues de cette dernière. «Elle a choisi un bon hiver pour être reine», constate-t-elle.
Les sirènes des policiers annoncent le début du défilé. Le premier char sur lequel se trouvait la chanteuse Marième donne rapidement le ton. La première partie, axée sur la fête, réchauffe la foule, la préparant pour les tableaux nordiques qui ont su véritablement charmer le public.
Monde mystérieux
Après la danse et la musique, la parade laisse place à un monde mystérieux. Les créatures qui l'habitent émerveillent, tout en suscitant une certaine crainte, comme si le public avait pénétré sans permission dans un monde interdit.
Les cerfs géants, avec leur regard illuminé, semblent hypnotiser la foule. Ils sont suivis par les loups, qui, pour une deuxième année d'affilée, suscitent les cris enthousiastes des enfants.
Entourée de ses duchesses, la Reine du Carnaval fait son entrée, suivie de près par Bonhomme sur son char décoré par des miroirs.
Entre les chars, aucun temps mort. «Il y avait un bon rythme. L'organisation a fait ses preuves, ils sont habitués», constate Alain April. Selon lui, l'ajout de quatre nouveaux chars a permis un déroulement plus fluide de la parade.
Une fois Bonhomme parti, la foule se disperse rapidement. C'est l'heure du coucher pour la très grande majorité des spectateurs.