Dave Morissette et Guillaume Lemay-Thivierge, qui animent Fort Boyard dans une formule  renouvelée, donnent dans l'humour et les rivalités, ce qui n'a rien pour nuire à l'émission.

Fort Boyard, l'arme pour battre Véronique Cloutier

Les enfants de la télé auront un adversaire de taille cet hiver : Fort Boyard arrive mercredi prochain à 20h à TVA, dans une formule renouvelée, coanimée par Guillaume Lemay-Thivierge et Dave Morissette. Et les deux premiers épisodes que j'ai vus me laissent croire que la saison sera captivante.
Il s'est passé 13 ans depuis que TVA a laissé tomber Fort Boyard, qui connaissait pourtant beaucoup de succès. Le fort n'a pas changé, mais la formule de l'émission, pas mal. L'équipe est parvenue à la renouveler sans dénaturer ce qu'on aimait de Fort Boyard. L'idée d'opter pour des duels par équipe donne effectivement un nouveau souffle au jeu. Ainsi, les deux animateurs ont chacun trois équipes composées de deux vedettes et de deux personnes du public. Les meilleures équipes s'affronteront en éliminatoires jusqu'à la finale et le match des étoiles, réunissant tous les artistes invités. Edith Cochrane et Jean-Michel Anctil se sont mouillés les premiers.
Réalisateur du jeu dans les années 90, Jean Guimond en est maintenant le producteur exécutif. Il insiste sur le rythme qu'on a voulu ajouter à l'émission. On passe moins de temps sur les prises de vue aériennes, plus sur le jeu. Parmi les améliorations concluantes, la narration permet d'entrer plus vite dans le jeu. On a voulu miser sur l'amicale rivalité entre les deux animateurs, même qu'ils pourront chaque semaine affronter un membre de l'équipe adverse en duel. Guy Mongrain faisait souvent des calembours, mais je remarque que ses successeurs, qui s'acquittent fort bien de la tâche, donnent davantage dans l'humour et les rivalités, ce qui n'a rien pour nuire à l'émission.
Retour du père Fouras
Après avoir d'abord annoncé que le père Fouras ne revenait pas - une folie -, TVA a finalement ramené le vieillard, encore plus taquin. Les participants ne vont plus résoudre ses énigmes à la vigie, mais plutôt dans une pièce sombre. Présent à la conférence de presse hier, le père Fouras avait fait le voyage spécialement pour rencontrer les journalistes et les participants.
Aux anciennes épreuves que personne n'a oubliées, comme les fameuses jarres et la tête chercheuse, s'ajoutent de nouvelles. Parmi elles, la laverie, dont se souviendra longtemps Edith Cochrane, qui en est ressortie avec des plaies aux épaules et aux bras. Le jeu n'en est pas moins hilarant. Pas au meilleur de sa forme au moment du tournage, Maxime Landry - le chanteur - est sorti le visage livide d'une épreuve très physique de boxe, en plus d'avoir la peur de sa vie parmi les serpents. Les épreuves sous l'eau m'apparaissent les pires, surtout quand une participante doit prendre une bouffée d'air avant de plonger et de pédaler à vélo pour actionner une pompe. D'autres noms qui se sont prêtés au jeu : Sébastien Benoit, Guy Jodoin, Jean Pascal, Rémi-Pierre Paquin et Pierre-François Legendre.
Adaptée dans une trentaine de pays, Fort Boyard n'a jamais quitté l'antenne de France 2 depuis 22 ans. Parmi les personnages du fort, le nain Dédé est de retour, mais pas son acolyte Alain, qui a fait place à Anthony. Retour également de Félindra «Tête de tigre» et de La Boule, geôlier et sonneur de gong. Avant la première, une émission en coulisses, Destination Fort Boyard, sera diffusée dimanche après La voix, à 21h30.
***
Discutez de télévision avec Richard Therrien sur therrien.lesoleil.com
***
«La Boule» condamné pour harcèlement
Il faudra peut-être trouver quelqu'un d'autre pour faire résonner le gong : le comédien qui incarne La Boule, Yves Marchesseau, a été condamné mardi à six mois de prison avec sursis pour harcèlement téléphonique. Il aurait appelé une femme dont il était amoureux à plus de 500 reprises en un mois pour récupérer une somme d'argent.
L'été dernier, il s'était vidé le coeur dans une entrevue, déplorant la piètre ambiance sur le plateau de tournage et accusant l'ex-animateur Jean-Pierre Castaldi d'avoir «bien failli couler l'émission». La Boule a pris le dalot, c'est clair...
***
The Blacklist en français
J'ai eu un coup de coeur l'automne dernier pour The Blacklist, la très populaire série de NBC avec James Spader en maître-chanteur qui met le FBI dans sa poche en lui dévoilant les sombres complots des pires criminels. Bonne nouvelle : la version française intéresse visiblement beaucoup TVA, qui pourrait la diffuser sur sa chaîne AddikTV. Espérons qu'on n'attendra pas un an.
Les jeunes loups gagne haut la main
Réjean Tremblay a de quoi se péter les bretelles : le premier épisode de sa série Les jeunes loups a été vu lundi soir par 1 505 000 téléspectateurs à TVA, un score presque digne d'Unité 9. Chez le rival, la nouveauté Série noire n'a pas fait le poids, n'attirant que 480 000 curieux sur ICI Radio-Canada Télé. Il faut dire que cette histoire commence un peu lentement et décolle vraiment au deuxième épisode, alors que les gars iront dans un salon de massage érotique.