Peter Forsberg

Finale masculine de hockey: rivalité farouche entre le Canada et la Suède

Les amateurs de hockey de la Suède ne portent pas le Canada dans leur coeur, bien au contraire. Et l'ancienne vedette des Nordiques de Québec Peter Forsberg est venue le rappeler à sa façon à la veille du match final entre les deux pays aux Jeux olympiques de Sotchi.
Pas de doute, l'affrontement Canada-Suède en finale du tournoi de hockey masculin réveille une vieille rivalité.
Depuis la victoire du Canada en demi-finale devant les États-Unis vendredi, les médias suédois ne se gênent pas pour dénoncer un historique de «tactiques d'intimidation» du Canada, alors que Peter Forsberg, ancien Nordiques et ex-vedette de l'équipe nationale suédoise, ne digère pas que trois des quatre arbitres pour le match final soient canadiens.
«Est-ce que c'est une p***** de blague?» a réagi Peter Forsberg au tabloïd suédois Aftonbladet en voyant le choix des officiels. «C'est de la comédie à son plus haut niveau», a-t-il ajouté, furieux.
L'arbitre Kelly Sutherland ainsi que les juges de lignes Greg Devorski et Derek Ammel sont nés au Canada, alors que le second arbitre, Brad Meier, est américain, mais vit à Calgary.
Le désarroi de Forsberg a tôt fait d'enflammer les réseaux sociaux et les commentateurs sportifs suédois.
Mats Wennerholm, chroniqueur pour Aftonbladet - l'un des deux plus importants quotidiens généralistes du pays -, a appuyé les commentaires de Forsberg. «Non, il ne devrait jamais y avoir le moindre soupçon de conflit d'intérêts dans ce genre de match. Pas en finale olympique», écrivait-il hier.
Ce dernier a aussi rappelé de nombreux épisodes impliquant Forsberg, l'équipe suédoise et le Canada.
«Peter Forsberg a été le héros des Jeux olympiques de Lillehammer en 1994 lorsqu'il a marqué en tirs de barrage pour donner l'or à la Suède devant le Canada. Il a quitté la patinoire en vainqueur. Depuis, les souvenirs sont moins heureux.»
Les médias suédois ont notamment repassé en boucle la mise en échec de Rob Niedermayer aux dépens de Forsberg en finale du championnat du monde de hockey disputée à Prague en 2004. «Il a été brutalement attaqué dans le dos par Rob Niedermayer. Une pénalité de match évidente», soutient le chroniqueur, qui estime que le joueur canadien aurait dû être expulsé.
La Suède menait à ce moment 2-0. Après la percutante collision impliquant leur joueur étoile, les Suédois ont vu le Canada revenir de l'arrière et gagner la médaille d'or grâce à un gain de 5-3. Niedermayer avait marqué le but égalisateur des Canadiens.
Comme il le fait cette année pour le choix des arbitres, Forsberg avait déclaré à l'époque que l'arbitrage avait été une «véritable comédie».
Björn Nelson, Suédois ayant vécu au Canada pour une session universitaire à l'Université Laval en 2010, abonde dans le même sens que ses compatriotes. «Les Canadiens sont respectés pour leur talent, mais nous n'aimons pas votre façon de frapper les meilleurs joueurs de l'équipe adverse quand vous êtes en train de perdre», a-t-il dit en entrevue au Soleil depuis la Suède à propos de la mise en échec de Rob Niedermayer.
Son opinion sur le fait que trois des quatre officiels sont canadiens? «Vous en aurez besoin», a-t-il assuré, persuadé de voir les Suédois gagner la finale olympique par la marque de 4-1, «le dernier but dans un filet désert.»
Les Canadiens seront par ailleurs autorisés à entrer dans les magasins IKEA du Canada durant la finale, a-t-on confirmé au Soleil.