Avec l'Orchestre symphonique et le chanteur Claud Michaud, le spectacle présentéce soir au domaine Maizerets, si le beau temps le permet,soulignera le centenaire de Félix Leclerc.

Félix en symphonie sous les étoiles avec l'OSQ

Foi de Gilles Bellemare, la source de laquelle ont jailli les chansons de Félix Leclerc est la même qui a inspiré aux grands compositeurs leurs symphonies. Si l'expression est différente, l'émotion reste la même. On pourra le constater à l'occasion du spectacle soulignant le centenaire de la naissance du grand poète et chansonnier, présenté par l'Orchestre symphonique de Québec et le chanteur Claud Michaud, vendredi soir, au domaine Maizerets.
<p>Le chanteur Claud Michaud</p>
<p>Le chef d'orchestre Gilles Bellemare</p>
Le chef d'orchestre Gilles Bellemare se défend bien d'appartenir au monde de la musique pop. Musicien classique et «très sérieux», il a toutefois été l'un des premiers à construire des ponts entre ces deux univers, à l'époque où il dirigeait l'Orchestre symphonique de Trois-Rivières. Premier à «arrimer la chanson d'obédience populaire à la réalité extra-classique d'un orchestre symphonique», précise-t-il.
Les arrangements de Gilles Bellemare répondent à une vision très classique de la musique. «On fait des clins d'oeil à Beethoven, à Bruckner, à Wagner, mais on va chercher l'émotion pure des chansons de Félix, fait valoir le chef. Et cette émotion, elle a été partagée par tous les grands artistes, écrivains, poètes, peintres ou musiciens. Félix avait comme médium d'expression sa guitare et une poésie populaire, mais il rejoignait les mêmes sources d'inspiration qu'un Mozart dans La flûte enchantée
Surtout, pas question de caricature. «Claud chante exactement comme s'il le faisait avec une guitare, et nous, l'orchestre, on est l'écrin qui le met en valeur. On a la chance d'avoir un chanteur d'expression populaire, mais qui a une voix qui se marie très, très bien avec les exigences acoustiques d'un orchestre symphonique.»
Claud Michaud s'accompagne habituellement à la guitare et partage la scène avec des musiciens comme le multi-instrumentiste Francis Covan et le contrebassiste Guillaume Bouchard. C'est d'ailleurs en leur compagnie qu'il se présentera, fin septembre, au Petit Champlain. L'artiste s'est illustré au festival Pully-Lavaux à l'heure du Québec, en juin de cette année, en remportant le prix de l'interprète masculin. Pully-Lavaux est tenu une fois tous les deux ans depuis 1996 et s'est hissé parmi les plus importants festivals de chanson nord-américaine d'expression française en Europe.
19 chansons
Fort d'une formation d'une douzaine d'années en art lyrique, acquise notamment auprès de Joseph Rouleau et de Louis Quilico, Claud Michaud est familier avec le contexte particulier de l'orchestre symphonique. «Je viens de Félix Leclerc, de Boris Vian, de Jacques Brel, de Léo Ferré, de Barbara, dit-il. C'est ça qui m'a toujours accroché. J'ai fait un petit détour par l'opéra, où j'ai appris à utiliser ma voix, mais je suis revenu à ce qui m'a toujours branché.»
Le tour de chant compte 19 chansons de Félix dont les plus populaires, comme Le tour de l'île, Moi, mes souliers ou Tirelou, mais aussi quelques bijoux plus rares comme Douleur, La complainte du pêcheur ou Les soirs d'hiver.
Le concert commence à 19h. Il sera remis à samedi à la même heure en cas de pluie. Les spectateurs sont invités à apporter chaises pliantes et couvertures.