Faire du théâtre «avec du vrai»

Activité phare du Carrefour international de théâtre, le parcours déambulatoire Où tu vas quand tu dors en marchant...? renoue avec le Vieux-Québec pour les trois prochaines fins de semaine.
Créés l'année dernière, les cinq tableaux proposeront en continu, entre 21h et 23h, des immersions théâtrales, poétiques ou ludiques. Entretien avec la directrice générale du Carrefour, Dominique Violette, qui voit dans ces neuf représentations gratuites une main tendue vers le public. Et si le passé est garant de l'avenir, il devrait répondre présent: entre 80 000 et 100 000 spectateurs sont attendus d'ici au 11 juin.
Q Qu'est-ce qui ressort selon vous de cette rencontre théâtrale?
R Je pense que l'influence que ça a, c'est de faire évoluer l'opinion que les gens peuvent avoir sur les arts en général. Le parcours est quand même très multidisciplinaire. Les spectateurs qui viennent ici ne sont pas nécessairement ceux qui vont aller au théâtre, mais qui vont à travers ça découvrir les artistes de Québec. On a eu depuis le début tellement de commentaires extraordinaires. On nous demande d'où viennent les artistes. Je pense qu'on aide les gens à découvrir la richesse de la vie culturelle et du milieu professionnel de Québec. 
Q Le parcours est le même que celui présenté l'année dernière. Y a-t-il quand même eu des changements ou des ajustements?
R On travaille dehors et même si on a été ici l'an passé, il y a encore des choses qui ont changé. On fait du théâtre avec du vrai. C'est quelque chose qui vit. On doit tenir compte de beaucoup de facteurs et la deuxième année, on peut vraiment intervenir pour corriger des choses ou mieux exploiter les sites. Cette année, il y a deux tableaux qu'on pense pouvoir améliorer beaucoup.
<p>Selon Dominique Violette, directrice générale du Carrefour, le parcours déambulatoire permet aux gens de découvrir la richesse de la vie culturelle et du milieu professionnel de Québec.</p>
Q Avec le départ du coordonnateur Frédéric Dubois (qui a accepté un poste de directeur artistique à l'École nationale de théâtre, ndlr), il y aura un changement de garde à Où tu vas... Avez-vous commencé à planifier la suite des choses? 
R Oui, on y pense. Mais là, il faut livrer. Dans les prochaines semaines, on s'est donné un plan de travail. Évidemment, Frédéric Dubois était avec nous depuis le début. C'est avec lui qu'on a créé ce projet. Ça nous fait beaucoup de peine de le laisser partir, mais en même temps, c'est formidable ce qui l'attend. Et la relève, pour moi, ce n'est pas une inquiétude. Il va y avoir un Où tu vas... l'année prochaine, vous pouvez en être sûr. [...] Et il y a un désir de continuité. C'est précieux ce qui s'est créé là. On va s'assurer que ça chemine vers sa nouvelle vie.
Jeudi au Carrefour
Cendrillon, La Bordée à 19h
Les affinités électives, Domaine Cataraqui à 19h (Entretien avec les artistes après la représentation)