Près de 11 500 visiteurs ont foulé le parquet du Centre de foires de Québec en 2013 pour cet événement qui célèbre son 15e anniversaire.

Faible taux de chômage dans la région de Québec: un heureux casse-tête

Avec un taux de chômage de 4,1 % dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec, selon les données de Statistique Canada publiées vendredi dernier, les employeurs de Québec et de Lévis doivent rivaliser d'imagination pour repérer les bons - et les rares - candidats disponibles sur le marché pour pourvoir les nombreux postes ouverts au sein de leur organisation.
«Si nous pouvions embaucher 50 mécaniciens hydrauliques, nous le ferions demain matin! Il ne faut toutefois pas prendre nos rêves pour la réalité», confie Éric Gingras, premier vice-président et chef de la direction financière du Groupe Labrie, un fabricant de camions pour la collecte des déchets de Lévis.
Vendredi et samedi, ils seront près de 150 employeurs à participer à la Foire de l'emploi organisée par Emploi-Québec, la Chambre de commerce et d'industrie de Québec et la Chambre de commerce de Lévis.
Pas moins de 7500 postes seront offerts à cette occasion. L'an dernier, près de 11 500 visiteurs avaient foulé le parquet du Centre de foires de Québec pour cet événement qui célèbre son 15e anniversaire.
Pour des employeurs comme le Groupe Labrie, Prévost et Home Depot, la Foire de l'emploi est devenue un incontournable dans leur stratégie de recrutement.
Directeur des ressources humaines pour le magasin Home Depot du quartier Lebourgneuf, Michel Fiset a fait le plein, l'an dernier, de 200 CV à l'occasion de ce supermarché de l'emploi. Il a ainsi pu pourvoir à temps tous les postes pour le début de la saison printanière. Cette année, il a 40 postes à offrir.
«Nous avons l'occasion de rencontrer face à face beaucoup de candidats et de leur vendre notre entreprise. Chez Home Depot, nous avons la chance d'avoir d'excellents avantages sociaux. Par exemple, nous remboursons les frais de scolarité des étudiants qui travaillent chez nous. Les jeunes ne le savent pas. À la Foire de l'emploi, nous avons l'occasion de le dire de vive voix aux chercheurs d'emploi.»
Étude
Dans une étude intitulée Les pratiques de recrutement des entreprises au Québec, publiée l'an dernier, le ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale identifie les méthodes de recrutement qui obtiennent la faveur des entreprises.
Dans le top cinq, on retrouve le Placement en ligne d'Emploi-Québec, les annonces dans la presse, les candidatures spontanées, les recommandations des employés et les relations personnelles et familiales des dirigeants. Toutes ces méthodes devancent les sites Web des entreprises et les sites Web privés d'emploi.
Les méthodes les plus utilisées ne sont pas nécessairement les plus efficaces, rapporte l'étude. «C'est notamment le cas du service public de placement, qui, du premier rang des canaux utilisés, passe dans les derniers rangs en termes d'efficacité réelle. Les canaux les plus performants sont, d'abord, les relations personnelles ou familiales ainsi que les anciens employés ou stagiaires de l'entreprise. Viennent ensuite les agences de recrutement incluant les chasseurs de têtes, les relations professionnelles et les candidats recommandés par les employés.»
Réseaux sociaux
Pour le constructeur d'autobus Prévost, de Sainte-Claire, les réseaux sociaux, notamment LinkedIn, ont remplacé les chasseurs de têtes dans la poursuite aux cols blancs. «Ça fait maintenant partie intégrante de notre stratégie pour recruter des professionnels», indique Daniel Beaudoin, le vice-président des ressources humaines et des communications de l'entreprise, qui, en raison de l'obtention récente d'une commande de 55 véhicules pour Greyhound, a accru la production de 2 à 2,5 autobus par jour. Elle a donc besoin de bras et de cerveaux - 30 postes seront offerts à la Foire. En ce qui concerne les travailleurs d'usine, Prévost (1200 employés) mise sur sa politique de référence pour mettre le grappin sur les perles rares, notamment des soudeurs. Un employé peut empocher une somme pouvant atteindre 1000 $ s'il parvient à trouver un nouveau collègue de travail et si ce dernier est toujours employé de Prévost six mois après son embauche.
Du côté du Groupe Labrie (460 employés), la plupart des postes disponibles sont affichés sur son site Internet ou encore sur celui de Jobillico, une plateforme Web de recrutement qui a vu le jour à Québec. L'entreprise fait aussi les yeux doux aux finissants en formation professionnelle en offrant des bourses aux plus beaux talents.
L'une des stratégies du Groupe Labrie en matière de recrutement de nouveaux talents est... d'essayer d'en perdre le moins parmi ceux qui sont déjà en emploi!
«Nous ne sommes jamais à l'abri des périodes cycliques qui caractérisent notre industrie», commente Éric Gingras. «En période d'accalmie, nous évitons de faire des mises à pied temporaires. Étant donné l'état du marché régional de l'emploi, un travailleur licencié - ne serait-ce que temporairement - risque de nous échapper quand viendra le temps de sonner le rappel des troupes. Nous essayons donc de garder tout notre monde, notamment en faisant de la formation, en augmentant nos inventaires ou encore en réalisant des projets de réaménagement des postes de travail ou d'amélioration de la production. Si l'on tient à nos travailleurs, il faut être créatif.»
En chiffres
4,1 %: taux de chômage dans la région métropolitaine de Québec
43 %: des visiteurs sont sans emploi ou à la recherche d'un boulot; 34 % ont déjà un gagne-pain; 20 % sont aux études et 3 % sont retraités
41 % d'entre eux ont un diplôme universitaire et 31 % ont un diplôme collégial
54 % sont des hommes et 45 % sont âgés de 15 à 34 ans
Top 5 des méthodes de recrutement
• Placement en ligne d'Emploi-Québec
• Annonces dans la presse
• Candidatures spontanées
• Recommandations des employés
• Relations personnelles et familiales des dirigeants