Assassination at 1 O'clock, du Nord-Irlandais James Millar, rappelle les codes visuels du surréalisme de Picasso.
Assassination at 1 O'clock, du Nord-Irlandais James Millar, rappelle les codes visuels du surréalisme de Picasso.

Éros/Thanatos à Engramme: estampes entre la vie et la mort

Nadia Ross
Nadia Ross
Le Soleil
Une rencontre entre les dieux grecs de l'amour et de la mort est présen-tement en cours dans l'antre d'Engramme. Éros fait l'éloge de la beauté du geste, dévoile son amour pour la matière. Thanatos relâche la pulsion créatrice et révèle la dure réalité de l'artiste : il doit faire le deuil de son oeuvre et l'offrir en pâture aux regardeurs. Pour l'exposition intitulée Éros/Thanatos, des murs noirs ont été dressés dans la galerie exiguë pour imposer aux visiteurs un parcours, comme une expédition au coeur d'une crypte. Sur les murs, une quarantaine d'estampes teintées des thèmes de la vie et de la mort se dévoilent. L'ambiance y est presque au recueillement.
Ce collectif est composé de membres du centre de production en estampes de la côte d'Abraham et de ceux du Belfast Print Work-shop, de l'Irlande du Nord. En tout, 44 artistes et autant d'oeuvres habitent le lieu. Si la formule tend à surcharger l'espace, un fil conducteur et une harmonie visuelle permettent d'apprécier et découvrir plusieurs approches et diverses techniques d'estampes.
Le thème tient la route dans la majorité des pièces qui sont toutes de petit format. Icônes de la vie, de l'amour (coeur, fleur, fruit, nid), et symboles liés à la mort, au maléfique (squelette, crabe, visage fantomatique, croix, tête de mort) se côtoient étonnamment bien dans cette courtepointe d'estampes.
Dans la Triade de Marianne Chevalier, une femme sans visage flotte au-dessus d'un nid ayant la forme d'un coeur alors qu'une créature ailée avec pattes de félin et une tête de mort émergent d'une nuée jaune. Si la sérigraphie évoque la naissance, elle parle aussi de la mort. Bref, du cycle tragique de l'existence. «La femme, l'Ève sauvage et éternelle, porte la vie triomphalement dans son sein, depuis sa fragile naissance dans le nid du monde, jusqu'aux ricanements désarticulés de la mort qui l'emporte vers un nouvel ailleurs», écrit Chevalier. Avec sa fascination pour la mythologie et le mystique, l'artiste de Québec aurait pu remplir à elle seule la salle d'Engramme tout en respectant la thématique du jour.
Mais voilà que l'exercice oblige à effleurer le monde pictural de l'un pour s'en détourner de sitôt, et se plonger dans un autre. Un regard oblique vers la gauche attire l'attention. Une eau-forte montre une scène étrange où un prêtre muni de bras-carabines vise un couple de femmes et un immense bouc noir gisant. Au fond de la pièce, un crucifix sert de perchoir à une colombe. Assassination at 1 O'clock du Nord-Irlandais James Millar, rappelle les codes visuels du surréalisme de Picasso, un artiste duquel est souvent inspiré son travail, mais il évoque aussi le sang versé lors des croisades pour convertir les populations au christianisme.
Intégration numérique
Dans le corpus, d'autres oeuvres présentent des techniques et des inspirations plus actuelles. D'ailleurs le nombre d'estampes numériques surprend - près du tiers. Par ce procédé, le rapport avec la matière est limité au choix du papier sur lequel le fichier sera imprimé, surtout dans le cas des images purement photographiques.
Dans l'estampe traditionnelle, il est coutume de détruire la pierre après avoir réalisé un nombre précis d'impressions pour ainsi créer une rareté, donner une valeur à la pièce. Est-ce que le fichier numérique est également supprimé après le tirage? Et quand il est question d'une image photographique - et non d'un montage  -, est-ce qu'on peut encore parler d'estampe? «Si l'artiste qui l'a réalisée est un estampier, cela demeure de l'estampe!» répondront certain. De quoi décevoir Éros qui fait l'éloge du geste et de la matière dans le catalogue de l'exposition!
L'exposition collective Éros/Thanatos est en cours jusqu'au 30 août à la galerie d'Engramme, au 510, côte d'Abraham.