Le batteur de Metallica, Lars Ulrich, trouve qu'il y a «une énergie rock'n roll fantastique» au Colisée. Le groupe promet par ailleurs de «salir un peu» l'amphithéâtre, qui semble arriver de «l'espace».

Entrevue avec Lars Ulrich: fans emballés, groupe honoré

Un aréna à fermer, un autre à inaugurer. Le contrat n'est pas banal et les gars de Metallica en sont conscients. Rencontré quelques minutes avant de monter sur scène, le batteur Lars Ulrich a livré ses impressions au Soleil sur le jalon que son groupe et lui s'apprêtaient à franchir avec leurs fans de la capitale.
Q Comment vous sentez-vous ce soir, juste avant d'offrir le dernier concert au Colisée?
R Je sais que vous êtes emballés. Nous, nous sommes honorés. J'ai fait mes devoirs. Je sais que le bâtiment a été bâti en 1949. On a joué ici souvent, on a fait un DVD ici. C'est un lieu chargé d'histoire pour vous comme pour nous.
Q Vous évoquez le DVD Quebec Magnetic. Pourquoi aviez-vous choisi le Colisée pour immortaliser cette tournée?
R On était venus à Montréal un mois avant. Ça nous a rappelé à quel point les fans québécois sont fous et passionnés. On s'est dit que si on sortait un DVD pour documenter la tournée, il fallait que ce soit dans cette partie du monde. Et ce bâtiment [le Colisée] a une ambiance spéciale. Il est un peu plus petit, le toit est plus bas. L'énergie ici est concentrée. Et il y a une énergie rock'n roll fantastique ici. Ce n'est pas aussi poli, propre ou frais que ce qu'on peut voir ailleurs. Il y a une espèce de saleté rock n' roll dans les fondations de ce bâtiment. 
Q Vous aimez bien changer la liste des chansons de soir en soir. Avez-vous réfléchi au fait que ces pièces seraient les dernières à résonner dans le bâtiment?
R Hey! C'est toute une pression, ça! Wow! Quand j'écris une setlist, je n'y pense pas tout à fait dans ces termes grandioses. Là, tu me fais douter! Évidemment, on a deux programmes différents pour les deux concerts de Québec. On a un choix de 140 chansons. Certainement qu'il y en a qui s'imposent chaque soir. Tout ce que je souhaite, c'est que les gens soient heureux. 
Q Que pensez-vous du nouveau bâtiment? Vous allez le mettre à l'épreuve?
R On dirait qu'il arrive directement de l'espace. On va faire de notre mieux pour le salir un peu! Et on vous souhaite qu'il y ait bientôt une équipe de la LNH dedans!
Q Qu'en est-il du prochain album? Où en êtes-vous dans la création?
R Ça va bien. On a un show au Brésil en fin de semaine, on retourne en studio après. On travaille fort. On ne fera plus de show cette année pour se concentrer là-dessus. Vous devriez pouvoir l'entendre quelque part dans la prochaine année. Je n'ai pas encore une ligne toute préparée pour en parler. Je peux dire que ça va sonner comme du Metallica. À vous de dire si ça sera du bon ou du mauvais Metallica. Mais on fait de notre mieux. On ne devait pas faire de shows cette année. Mais les offres sont arrivées. 
Q Donc, c'est notre faute si l'album n'est pas prêt?
R Exactement! Il y a trop de belles offres... Laissez-nous travailler! (rires)