«Pourquoi il y a autant d'entreprises incorporées au Delaware? Ce n'est pas pour des raisons fiscales. C'est pour des raisons de flexibilité», a dit le chef de la CAQ François Legault en conférence de presse dans la capitale lundi matin.

Entreprises : Legault ferait du Québec un Delaware

S'il devient premier ministre le 7 avril, François Legault entend revoir les règles sur les entreprises pour les rendre comparables à celles du Delaware.
«Pourquoi il y a autant d'entreprises incorporées au Delaware? Ce n'est pas pour des raisons fiscales. C'est pour des raisons de flexibilité», a dit le chef de la Coalition avenir Québec en conférence de presse dans la capitale lundi matin.
Les règles réputées souples pour les entreprises enregistrées dans cet État de l'est américain ont fait jaser cette semaine. Samedi, Québec solidaire a questionné le fait que des firmes liées à Québecor du candidat péquiste Pierre Karl Péladeau sont enregistrées dans cet État. La formation de gauche se demandait alors s'il pouvait s'agir d'un paradis fiscal.
Or, les avantages du Delaware sont bel et bien un «paradis», a dit François Legault. «Mais un paradis de la flexibilité. Pas de la fiscalité», a-t-il précisé.
Les règles du Delaware protègent notamment les entreprises contre les offres d'achat hostiles.
En conférence de presse lundi, M. Legault a donné l'exemple de l'aluminerie américaine Alcoa qui a fait une offre hostile pour acheter la québécoise Alcan. «J'avais proposé à l'époque que ce soit Alcan qui fasse une offre sur Alcoa», a relaté M. Legault. Or, Alcoa est enregistrée au Delaware, ce qui l'empêche d'être l'objet d'une telle prise de contrôle.
«On va arrêter d'être naïfs et d'être plus catholiques que le pape, a tranché le chef caquiste. Il faut protéger nos entreprises pour garder les sièges sociaux au Québec.»
M. Legault a aussi annoncé lundi qu'un gouvernement caquiste créerait un crédit «passeport affaires». Géré par Investissement Québec, il regrouperait tous les documents demandés par tous les ministères. La CAQ veut aussi valoriser l'entrepreneuriat chez les jeunes.