Pop, Mue, d'Émilie Simon

Émilie Simon: sous le ciel de Paris ****

Très personnel, son dernier album (Franky Knight) était empreint du deuil de son amoureux.
Un peu plus de deux ans plus tard, la Française Émilie Simon ouvre mardi avec Mue un nouveau chapitre sous le signe de la légèreté. Le premier extrait, Menteur, annonçait un virage pop plus organique et indéniablement pétillant. Le reste de la collection s'inscrit dans la même veine. Dans une atmosphère quelque peu théâtrale, la chanteuse assume à fond ses envies romantiques, les pieds bien ancrés dans la Ville lumière : au coeur des chansons comme dans la pochette, les références parisiennes sont multiples (mais la musicienne s'offre aussi un petit virage en Asie dans l'interprétation vocale et les arrangements de Perdue dans tes bras). On a connu Émilie Simon plus près de ses machines. Si elles sont encore présentes, les sonorités électros s'éclipsent sous des orchestrations riches et derrière la voix de la chanteuse, aiguë et fluide, placée bien à l'avant.