Émilie Simon à la place d'Youville

Émilie Simon: rendez-vous manqué

De nouvelles chansons empreintes d'un romantisme emprunté au Paris de la Belle Époque, une chanteuse charismatique et bien en voix, un soir de pleine lune... La rencontre avec Émilie Simon aurait pu être magique à place D'Youville, samedi. Mais elle n'a malheureusement pas réussi à garder l'attention des festivaliers.
La chanteuse française est montée sur la scène avec plus de 20 minutes de retard sur l'horaire prévu. Le site alors rempli aux deux tiers s'est quelque peu clairsemé en cours de route. Place D'Youville était à moitié vide en fin de spectacle.
Émilie Simon n'a pourtant pas livré une mauvaise performance, samedi soir. Élégante dans une longue robe vaporeuse et bien en voix, l'auteure-compositrice-interprète a fait la part belle aux titres de son dernier album, Mue, paru à la fin de l'hiver. Un disque très réussi aux orientations plus légères, des chansons pop qui délaissaient un peu les explorations électro des dernières années. Et un joli parfum romantique qui a embaumé l'air de place D'Youville hier : dans la belle Les étoiles de Paris livrée piano-voix, dans un joli détour rétro sous le signe de I Call it Love, dans une touchante Eye of the Moon bonifiée d'un tambour acheté le jour même à Wendake, selon la confidence de la chanteuse.
Émilie Simon a souvent demandé d'une petite voix à son public si ça allait toujours. Visiblement, quelque chose clochait puisque la foule a commencé à fondre à mi-parcours. L'ordre choisi pour les chansons est peut-être à blâmer : on a bien eu droit à des segments plus rythmés (avec l'extrait Menteur, notamment), voire presque rock (Fleur de saison). Mais ceux-ci ne sont pas parvenus à bâtir une véritable progression. Dommage.
Féfé
En début de soirée, alors que le soleil brillait toujours, Féfé est débarqué comme une tornade sur place D'Youville. Devant un public familial (on donne la palme du plus jeune festivalier au nourrisson d'un mois et demi qui a pris son repas dans la zone médias!), le Français a servi un joyeux cocktail de chanson, de blues et de soul.
Si ses rythmes ont fait mouche, on retiendra encore davantage sa redoutable efficacité à animer son monde. Le sympathique chanteur a commencé son spectacle dans la foule, où il est redescendu à quelques reprises pour souder son lien avec le public québécois (où prenaient quand même place plusieurs Français, si l'on se fie à la réaction des premières rangées quand Féfé a mentionné ses origines). Vous ne connaissez pas les chansons? Pas grave, on va vous les apprendre, a-t-il en somme fait valoir... Avec les gestes qui vont avec (pour Cause toujours) ou imposant un petit workout aux festivaliers : les bras se sont fait aller, on a couru de droite à gauche et sauté sur place... Pas de doute, il a une énergie contagieuse, ce Féfé!