Ambulancier de profession, la victime avait construit lui-même son avion, un monomoteur biplace Just Aircraft de type Highlander. Il l'avait peint aux couleurs de son origine acadienne, bleu, blanc et rouge, avec l'étoile jaune.

Écrasement à Bonaventure: le pilote avait construit son avion

Un homme de 49 ans de Bonaventure, Bruno Martin, a péri vers 20h45 vendredi dans l'écrasement de son avion, à quelques centaines de mètres de l'extrémité est de la piste de l'aéroport de la même ville.
Selon un témoin de l'accident, M. Martin venait d'exercer une manoeuvre d'approche, appelée touch and go dans le jargon des pilotes, quand son appareil a perdu sa portance, pour une raison inexpliquée, en remontant. Il n'aurait pas touché la piste lors de sa manoeuvre.
«Il remontait après être passé au-dessus de la piste, et se préparait probablement à faire demi-tour pour terminer son vol quand l'avion a décroché, peut-être, pour descendre en vrille», raconte le témoin, qui tient à garder l'anonymat.
L'avion a touché le sol à quelques dizaines de mètres de la route de la Rivière, tout près de la rivière Bonaventure. Des témoins, puis les policiers et les ambulanciers ont accouru rapidement pour prêter main-forte à la victime, mais M. Martin est mort sur le coup, et son décès a été officiellement constaté à l'Hôpital de Maria.
Aux couleurs acadiennes
Ambulancier de profession, Bruno Martin avait construit lui-même son avion, un monomoteur biplace Just Aircraft de type Highlander. Il l'avait peint aux couleurs de son origine acadienne, bleu, blanc et rouge, avec l'étoile jaune. Sa mort a secoué les pilotes du secteur.
«J'avais volé avec lui il y a plusieurs années, avant qu'il obtienne son brevet. Ça touche tout le monde, ses instructeurs et les autres pilotes. Il était vraiment enthousiaste de réaliser le rêve d'une vie. Il avait changé son train d'atterrissage récemment», notait hier après-midi René Mathieu, un pilote de Carleton.
Des enquêteurs de la Sûreté du Québec et du Bureau de la sécurité des transports ont scruté la scène de l'écrasement samedi. Il faudrait quelques jours ou quelques semaines pour obtenir les conclusions de l'enquête.