POP, Dumas de Dumas

Dumas: pop murmurée ***

Dans la tournée médiatique qui a entouré la sortie de son nouvel album, Dumas a souligné qu'il avait été «moins satisfait» de sa précédente parution, le vitaminé L'heure et l'endroit, sur lequel il rendait hommage à ses influences brit-pop.
Un peu plus de 10 ans après l'acclamé Le cours des jours, son nouvel album rajuste donc le tir et revient à des ambiances plus éthérées, à un ton plus intimiste qui n'est pas synonyme de dépouillement: la pop ne ménage pas ses effets, fait montre d'une rondeur dans le son, mais se fait généralement plus languissante que dansante.
Une impression accentuée par le chant de Dumas, qui n'a jamais donné dans les élans vocaux et qui mise plus que jamais sur la sobriété, voire le murmure. On trouve de belles réussites sur cet album: la très belle État voyou ou les entraînantes Ne me dis pas et Sa chambre, notamment.
Mais si les chansons dévoilent leur profondeur au fil des écoutes, il leur manque souvent un petit quelque chose de plus incarné pour séduire vraiment.