En raison du rendement de la ligne chargée de le protéger, le quart Russell Wilson doit courir de tous les côtés dans l'espoir de sauver sa peau.

Du déjà-vu pour Seattle

CHRONIQUE / Russell Wilson n'en était qu'à deuxième saison dans la NFL quand il a mené Seattle à une convaincante victoire de 43-8 sur les Broncos de Denver au XLVIIIe Super Bowl. Un duel dominé par l'intimidante défensive des vainqueurs. L'année suivante, les Seahawks sont venus bien près de remporter encore les grands honneurs, mais une interception à la porte des buts du demi de coin Malcolm Butler dans les derniers instants du match a permis aux Patriots de la Nouvelle-Angleterre d'avoir le dernier mot (28-24).
Au cours des deux dernières années, Wilson et les Seahawks n'ont pas eu à rougir de leur performance, même si leur parcours a pris fin plus rapidement, étant éliminés au deuxième tour des séries par les Panthers de la Caroline et les Falcons d'Atlanta, les représentants de la NFC lors des deux derniers Super Bowl. À 28 ans et en étant déjà à sa sixième année dans la NFL, on pourrait s'attendre à ce qu'un quart mobile comme Wilson continue de progresser d'année en année, mais on réalise en jetant un coup d'oeil sur les statistiques que le diplômé de l'Université du Wisconsin ne figure même pas parmi les 20 meilleurs de sa profession en ce début de saison. 
L'offensive des Seahawks (1-1) n'a rien fait qui vaille au cours des deux premières semaines du calendrier - ils ont marqué seulement 21 points -, mettant 112 longues minutes avant de réussir leur premier touché de la saison dans un gain de 12-9 contre San Francisco, après avoir été limités à trois placements par Green Bay lors de leur première sortie de la saison. Et il a fallu que Wilson échappe à trois poursuivants avant de repérer Paul Richardson dans la zone des buts pour éviter que Seattle n'amorce la saison avec deux échecs.
Lents débuts de saison
Les amateurs de Seattle ont une impression de déjà-vu. Leurs favoris ont connu de lents débuts de saison au cours des dernières années - les Seahawks avaient vaincu les Dolphins 12-10 l'an dernier dans un duel qui ressemblait étrangement à celui qu'ils ont livré aux 49ers, dimanche dernier - et ils ont autant de difficultés à faire avancer le ballon qu'en 2016. Wilson et ses potes ont réussi un seul touché à la suite de leurs 22 premières séries de jeux en attaque, exactement comme l'an dernier.
Mais les fans froncent davantage les sourcils parce qu'ils ont souvent l'impression que le rapide numéro 3 doit courir de tous les côtés dans l'espoir de sauver sa peau. La ligne offensive soulevait plusieurs interrogations en raison des problèmes éprouvés à protéger Wilson, l'an dernier, et la blessure subie lors du premier match hors concours par le bloqueur à gauche, George Fant, n'a rien fait pour arranger les choses. 
Lors du premier match, le robuste Mike Daniels (Green Bay) s'est imposé face à la ligne offensive des Seahawks, qui en a eu plein les bras du début à la fin du match. Contre les 49ers, on a eu l'impression sur certains jeux que Wilson anticipait le pire et qu'il quittait la pochette protectrice trop rapidement, réduisant du même coup ses chances de compléter quelques relais.
Avec seulement quatre passes captées pour des gains minimes de neuf verges, l'ailier rapproché Jimmy Graham ronge son frein, devenant par la bande lui aussi une victime des nombreuses lacunes de la ligne offensive des Seahawks.
Heureusement pour l'entraîneur-chef Pete Carroll, l'étonnante recrue Chris Carson (Oklahoma State) a réussi à trouver quelques ouvertures malgré les nombreux ennuis éprouvés par les gros bonhommes devant lui et s'est illustrée dans les dernières minutes du match face à SF. Après deux rencontres, le choix de septième ronde (249e rang au total) a franchi 132 verges en 26 courses.
Rien à voir avec les contre-performances offertes par le nouveau venu Eddie Lacy (trois verges en cinq courses contre GB), qui n'était même pas en uniforme lors du deuxième duel de la saison et par Thomas Rawls (4 verges en cinq courses contre SF), qui se remet d'une blessure à une cheville subie pendant le camp.
***
Des quarts qui paient le prix!
La ligne à l'attaque des Seahawks n'est pas la seule de la NFL à se retrouver au banc des accusés en ce début de saison. Les Texans de Houston ont concédé 10 sacs aux Jaguars de Jacksonville lors du premier match du calendrier. Résultat? Le quart Tom Savage a été remplacé par la recrue Deshaun Watson après seulement 30 minutes de jeu. Dimanche, Cam Newton a été plaqué à six reprises derrière la ligne de mêlée par l'unité défensive des Bills de Buffalo dans une «excitante» victoire de 9-3 des Panthers. Du côté des Giants de New York (0-2), Eli Manning a déjà été victime de huit sacs de la part des Cowboys et des Lions, le même nombre qu'Andy Dalton (Cincinnati). Lundi soir, Jon Gruden a demandé à l'entraîneur des Giants, Ben McAdoo, de trouver de l'aide pour le pauvre joueur de ligne Ereck Flowers, qui a mal parut sur plusieurs jeux face aux Lions. Malgré toute la pression exercée par le joueur de ligne défensive Aaron Donald du début à la fin du match, Brian Hoyer a tout de même permis aux 49ers de San Francisco d'inscrire 39 points, jeudi, dans une cause perdante face aux Rams de Los Angeles.
***
25 381
Dimanche dernier, à leur premier match à Los Angeles, les Chargers ne sont pas parvenus à faire salle comble dans un stade contenant... seulement 27 000 places.
Le nombre de spectateurs ayant assisté dimanche au match d'ouverture des Chargers de Los Angeles, qui disputeront pendant trois ans leurs rencontres à domicile au StubHub Center, un stade de 27 000 places ayant ouvert ses portes en 2003 sur le campus de l'Université de l'État de la Californie.
***
Mes choix
SEMAINE 3
Jeudi : 1/1 (100 %)
Dimanche
BALTIMORE c. Jacksonville (à Londres)
PITTSBURGH à Chicago
• Houston en NOUVELLE-ANGLETERRE
DENVER à Buffalo
• Cleveland à INDIANAPOLIS
ATLANTA à Detroit
TAMPA BAY au Minnesota
MIAMI à NY Jets
• NY Giants à PHILADELPHIE
• La Nouvelle-Orléans en CAROLINE
• Seattle au TENNESSEE
• Cincinnati à GREEN BAY
KANSAS CITY à Los Angeles Chargers
OAKLAND à Washington
Lundi 
DALLAS en Arizona
-----
SEMAINE 4
Jeudi 
• Chicago à GREEN BAY
Semaine 2 : 13/16 (81,3 %) Total : 23/32 (71,9 %)