La tour de Babel aux échelles, Yves Gendreau, angle des rues Saint-Pierre et Saint-Antoine (Les passages insolites)

Douze passages insolites en chantier

Les passages insolites, ces heureux mélanges d'arts visuels, d'architecture et d'art public, sont réapparus dans le quartier Petit-Champlain et près des quais. Il y en a douze, soit deux fois plus  que l'an dernier, et même avant le lancement officiel, ils suscitent déjà les regards amusés et s'imposent comme décors des photos souvenir. Vincent Roy, d'EXMURO, qui orchestre le tout, nous a guidé pour une visite de chantier à la rencontre des créateurs.
<p><i>La petite vie</i>, Fontaine, Fortin et Labelle, rue du Porche (<i>Les passages insolites</i>)</p>
<p><i>Culture matérielle</i>, collectif Acapulco, Îlot des Palais (<i>Les passages insolites</i>)</p>
1. LA TOUR DE BABEL AUX ÉCHELLES
Yves Gendreau, angle des rues Saint-Pierre et Saint-Antoine
Les échafaudages font partie du paysage urbain estival. Ceux d'Yves Gendreau, toutefois, ont un côté poétique, étant «à l'image de la société qu'on construit, entre ordre et désordre», note celui-ci. L'artiste a transformé les alcôves à l'arrière du Musée de la civilisation en décor, où il performera, costumé et «trop équipé», jusqu'à la mi-juillet. On y reconnaît les motifs rayés chers à l'artiste, qui signe Là où la terre fait danser les mâts sur la promenade Samuel-De Champlain.
2. PETITE VIE 
Fontaine/Fortin/Labelle, rue du Porche
Candidats à la maîtrise en architecture à l'Université Laval, Fontaine/Fortin/Labelle ont construit deux murs troués et colorés qui incitent à jouer à cache-cache et obligent les groupes à se déplacer en file indienne. «On voulait intégrer des formes qui ne font pas déjà partie du décor», indique Francis Fontaine. «Mais ça peut rappeler les meurtrières des fortifications», ajoute Luca Fortin.
3. CULTURE MATÉRIELLE 
Acapulco, Îlot des Palais
Pour élaborer ses oeuvres caméléons, le collectif Acapulco emprunte les codes d'autres corps de métier et trouve un contexte plausible pour les exploiter. Après avoir établi un faux périmètre de sécurité autour d'une statue brisée devant la bibliothèque Gabrielle-Roy, ils ont fait creuser un carré de fouille à l'Ilôt des Palais. Facile de se laisser berner, puisque le lieu a été l'objet de l'attention des archéologues ces dernières années. Des artefacts «extravagants» y seront ajoutés et amèneront les visiteurs à se questionner.
4. SANS TITRE
Elsa Tomkowiak, rue Sault-au-Matelot
Une artiste de la ville de Nantes, Elsa Tomkowiak, s'est intégrée au corpus de créateurs québécois cette année. «Je suis vraiment dans l'expansion de la couleur, qui transforme notre perception du lieu», indique celle qui travaille avec des matériaux industriels. Ici, elle a peint des bandes d'un plastique épais, qu'on utilise notamment dans les chambres froides, pour créer une composition aux allures d'arc-en-ciel sur les escaliers de secours de la rue Sault-au-Matelot.
5. QUIPROQUO MONUMENTAL
Francis Montillaud, parc du Petit-Champlain
Le sculpteur et vidéaste montréalais Francis Montillaud a imaginé une mise en espace «qui revisite le monument type», indique Vincent Roy. Socles, bustes, statues et autres éléments seront déployés dans le parc du Petit-Champlain, qui accueillait L'Odyssée de Cooke-Sasseville l'an dernier.
6. JARDINS ÉLECTRONIQUES
Rosemarie Faille-Faubert et Victor Gounel, escalier du Quai-du-Roi
Une seconde équipe d'architectes, un duo cette fois, a été sélectionnée par EXMURO pour investir un escalier du Petit-Champlain. Un plafond suspendu enveloppera les passants dans les jeux de lumière, indique Vincent Roy.
7. SOLITAIRE 
Diane Landry, 70-74, rue Saint-Paul
À l'endroit où se déployaient les Delirious frites l'an dernier, Diane Landry, avec la collaboration de Francis Labissonnière, a dressé une église longiligne dont le clocher se termine comme un tipi. «Un métissage de deux aspects de notre histoire», explique l'artiste, bien heureuse de participer à ce déploiement d'oeuvres éphémères qui éclairent des espaces méconnus du quartier. Celle-ci ne sera pas du vernissage, puisqu'elle installe présentement à l'événement Québec-Nantes son Chevalier de la résignation infinie, une oeuvre très prisée des musées et des festivals.
8. BAS LES ARMES!
François Mathieu, devant la Traverse Québec-Lévis
Poutres de bois et rouleaux de béton s'empilent comme des constructions d'enfants géantes sur le boulevard Champlain, face à la traverse. Ces semblants de canons de hauteurs variées pointent la Rive-Sud, où François Mathieu exposait justement l'été dernier dans le cadre du projet Chantiers, à Regart.  
9. AGORA 
Isabelle Hayeur, rue Sault-au-Matelot
En soirée seulement, les projections d'Isabelle Hayeur, qui présentait Les murs aveugles à la Biennale de Montréal l'an dernier, défileront sur les murs du bout de la rue Sault-au-Matelot. «On y verra des textes plutôt poétiques qui portent une réflexion sur le Québec d'aujourd'hui», indique Vincent Roy.
<p>Elsa Tomkowiak, rue du Sault-au-Matelots (<i>Les passages insolites</i>)</p>
Trois retours remodelés
10. L'ODYSSÉE
Cooke-Sasseville, place de Bordeaux
Les deux pigeons géants et la canne de soupe Campbell du duo Cooke-Sasseville ont un nouveau domicile cette année, au bas de la côte Dinan. Comme le monolithe du film 2001 : L'odyssée de l'espace, la canne maintes fois reproduite par Andy Warhol se veut une porte mystérieuse sur un autre monde (celui de l'art) et une matière à réflexion pour les passants.
11. DÉBORDEMENTS
José Luis Torres, Marché du Vieux-Port, Quai Saint-André
Poursuivant l'exploration amorcée avec Stock en transit aux premiers Passages insolites et poursuivie au Symposium d'art contemporain de Baie-Saint-Paul, José Luis Torres ancrera ses objets de plastique colorés et estivaux sur un nouveau support. Deux conteneurs ont été empilés devant le Marché du Vieux-Port et les madriers qui en sortent laissent présager l'éminent débordement.
12. MÈCHES NOIRES (Grand vent)
Laurent Gagnon, 165, rue Saint-Paul
De grands tentacules sortent à nouveau des interstices de la façade du stationnement étagé de la rue Saint-Paul, qui ressemble à des cases de BD. Laurent Gagnon a greffé des pneus sur des branches de cèdre insoumises pour réaliser ce clin d'oeil ludique à la science-fiction. 
***
=> Vous voulez y aller?
Quoi : Les passages insolites
Quand : du 2 juillet au 2 novembre
: Petit-Champlain et au-delà
* Il y aura un vernissage déambulatoire le 2 juillet, départ à 17h du parc situé à la jonction du boulevard Champlain et de la rue Petit-Champlain