«Les conditions que nous avons fixées ne laissent aucune place au doute», a déclaré le président de l'IAAF, Sebastian Coe.

Dopage: la Russie doit montrer patte blanche

La Russie s'est vue remettre vendredi une liste de mesures à prendre si elle veut réintéger le giron mondial de l'athlétisme après avoir été suspendue pour dopage organisé.
Dans un document de 11 pages, la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) exige notamment que la Fédération russe suspende toute coopération avec son centre national de marche à Saransk «dans l'attente qu'un audit complet de ses opérations soit mené par le comité national olympique russe et que soient menées les corrections nécessaires».
Au cours des dernières années, les marcheurs russes suspendus ont été légion, dont de nombreux de premier plan abonnés aux podiums internationaux. Au point que lors des Mondiaux 2015 à Pékin, la Russie n'avait délégué qu'un seul marcheur, sur 50 km, qui avait d'ailleurs renoncé à prendre le départ.
L'IAAF demande aussi aux responsables russes de fournir au plus tard le 15 décembre la liste des athlètes dont ils pensent qu'ils seront sélectionnables pour les compétitions internationales à venir. Une fois listés, et dans le cas où la Russie verrait sa suspension levée, ces athlètes ne pourront participer aux compétitions - par exemple les JO de Rio - qu'à certaines conditions.
Tous ces athlètes seront placés sur une liste de surveillance particulière. Aucun athlète non inscrit sur cette liste au moins six mois avant la compétition internationale n'aura le droit d'y participer.
Il faudra également que ces athlètes aient subi trois tests inopinés hors compétitions. Et pour les athlètes pratiquant les moyennes et longues distances, les épreuves combinées ainsi que la marche, il faudra en plus qu'ils aient procédé à au moins trois tests réalisés dans le cadre du passeport biologique. Bien évidemment l'ensemble de ces tests seront analysés hors de la Russie.
La Fédération russe doit par ailleurs «cesser tout lien» avec le médecin Sergey Portugalov, présenté comme le médecin en chef de l'athlétisme russe.
Ces mesures seront supervisées par une groupe de travail, qui rendra régulièrement des comptes à l'IAAF sur l'avancée des efforts russes. Aucune date n'a été fixée pour la réadmission de la Russie, mais l'IAAF a confirmé que sa délégation visitera le pays le mois prochain.
«Les conditions que nous avons fixées ne laissent aucune place au doute», a déclaré le président de l'IAAF, Sebastian Coe, dans un communiqué. «La Russie doit démontrer un changement vérifiable.»