Les Américains ont pris l'avance 3,5 à 1,5 dans ce tournoi qui les oppose au reste du monde, sauf l'Europe.

Domination américaine à la Coupe des Présidents

Un début de tournoi mémorable mettant en vedette les trois derniers présidents des États-Unis (Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton) a été suivi par un résultat bien connu à la Coupe des Présidents : une avance de 3,5 à 1,5.
Pour une sixième fois de suite, les Américains ont remporté la première journée du tournoi, qui oppose à tous des deux ans les États-Unis au reste du monde (sauf l'Europe) depuis 1994. La seule défaite américaine est survenue en 1998, au Royal Melbourne.
«Nous accusons toujours un léger retard lors des coups en alternance», a mentionné l'Australien Jason Day. «Nous ne sommes pas si loin derrière. Les États-Unis sont très talentueux, mais nous sommes prêts à venir de l'arrière et de bien finir la semaine.»
Les Américains s'étaient donné une avance de 4-1 après la première séance il y a deux ans, en Corée du Sud, mais le tournoi s'est décidé lors du dernier duel.
Les Américains se sont rapidement forgé une avance de 3-0 malgré les conditions difficiles en raison d'un vent capricieux. Justin Thomas et Rickie Fowler ont tout d'abord aisément défait 6-et-4 le Sud-Africain Charl Schwartzel et le Japonais Hideki Matsuyama. Puis Dustin Johnson et Matt Kuchar ont battu le Vénézuélien Jhonattan Vegas et l'Australien Adam Scott par un coup.
Une paire gagnante
Johnson et Kuchar sont invaincus en quatre matchs ensemble et ils ont dû être à leur mieux pour triompher. Ils n'ont commis aucun boguey, mais ils n'ont pas pu prendre les devants avant le 16e trou, une normale 3. Scott est arrivé à court et il a raté un coup roulé de six pieds pour une normale.
«En coups en alternance, dans ses conditions, ne pas commettre de boguey et gagner par un seul coup, ça montre que ces gars nous ont livré toute une bataille», a affirmé Kuchar.
La puissante paire américaine de Jordan Spieth et Patrick Reed a battu 5-et-4 l'Argentin Emiliano Grillo et le Sud-Coréen Si Woo Kim. Spieth et Reed montrent un dossier de 6-1-2 en tandem à la Coupe des Présidents ou à la Coupe Ryder.
Le seul élément positif de l'équipe internationale est venu des Sud-Africains Louis Oosthuizen et Branden Grace. Ils ont porté à 5-0 leur fiche en tant que partenaires de jeu à la Coupe des Présidents en ayant le meilleur 3-et-1 contre Daniel Berger et Brooks Koepka.
Lors du dernier match de la journée, Phil Mickelson, qui participait à un tournoi par équipes pour une 23e fois de suite, a raté un coup roulé d'une distance de huit pieds pour la normale, lors du 18e trou du parcours du Club de golf Liberty National, ce qui aurait procuré une avance encore plus confortable aux États-Unis.
Kevin Kisner et lui tiraient toutefois de l'arrière par un coup alors qu'il ne restait que deux trous à disputer contre les Australiens Jason Day et Marc Leishman. Aller chercher un demi-point a assurément contenté la formation américaine.
Au menu vendredi : cinq matchs «meilleure balle». Chacun des deux partenaires joue sa propre balle et le meilleur pointage pour chaque trou devient le score de l'équipe pour ce trou.