Bob Dylan en 1969. Le producteur Jan Haust et l'ingénieur du son Peter Moore ont redonné vie au disque Basement Tapes datant de 1967.

Deux Canadiens aux Grammy pour les Basement Tapes de Dylan

Des années passées à parcourir des boîtes de greniers poussiéreux et des enregistrements audio laissant à désirer ont valu à deux archivistes musicaux canadiens une citation aux prestigieux prix Grammy.
Le producteur Jan Haust et l'ingénieur du son Peter Moore sont candidats cette année dans la catégorie du meilleur album historique pour avoir donné vie aux Basement Tapes de Bob Dylan.
Il s'agit d'un projet parmi plusieurs autres du duo de Toronto pour lesquels ils restituent méticuleusement des enregistrements qui semblaient perdus depuis longtemps.
«Nous plongeons dans ces mondes inconnus d'albums ayant été enregistrés, mais jamais publiés ou effacés», a souligné M. Haust. «J'aime bien penser que nous les avons dérobés au temps passé pour les rendre libres.»
Ces efforts nécessitent une immense dose de patience, étant donné que pour chaque perle d'enregistrement, il y a un nombre incalculable de recherches infructueuses. Toutefois, dans le cas des Basement Tapes, la recherche a été un peu plus facile à certains égards.
Dans un casier
Les enregistrements sont «en quelque sorte apparus dans un casier» lorsque Garth Hudson, du groupe The Band, fouillait dans des trucs entreposés, a indiqué M. Haust.
Après avoir eu vent de la découverte, le producteur l'a encouragé à envoyer les enregistrements au Canada pour restauration, et a mis de côté d'autres projets pour se dévouer avec son collègue aux morceaux oubliés de Bob Dylan.
Les enregistrements complets, faits par Bob Dylan avec le groupe de Toronto The Band en 1967, faisaient déjà l'objet de copies populaires piratées entre quelques admirateurs voulant remplir leurs collections de démos de célébrités du rock. Mais la qualité audio variait grandement, et la collection n'était jamais complétée.