Une seconde conduite a cédé sur la côte à Gignac, dans Sillery. La côte est fermée jusqu'à nouvel ordre.

Deux bris d'aqueduc à Sainte-Foy et Sillery

Les cols bleus de Québec ne l'ont pas eu facile samedi, alors que deux bris d'aqueduc ont nécessité des interventions d'urgence, dans l'arrondissement de Sainte-Foy-Sillery-Cap-Rouge.
Une première conduite de 30 centimètres a cédé dans la nuit de vendredi à samedi, sur la route de l'Église, tout juste devant la bibliothèque Monique-Corriveau, dans Sainte-Foy.
Sous un froid glacial - le mercure a chuté jusqu'à - 23 °C au cours des travaux -, les employés de la Ville de Québec ont eu besoin de près de 12 heures pour rétablir l'alimentation dans les quelques commerces et résidences touchés par la fuite.
«L'eau gelait pratiquement sur place. Il a fallu procéder à du déglaçage», a expliqué Marjorie Potvin, porte-parole de la Ville de Québec.
Le chantier a forcé la fermeture partielle de la route de l'Église en direction nord durant la nuit et une bonne partie de la journée. Les travaux ont finalement été terminés en après-midi.
À peine cette première fuite colmatée, vers 11h, un autre bris de même nature, mais de moindre importance, s'est déclaré dans une résidence de la côte à Gignac. La circulation a été momentanément perturbée en après-midi, et la fuite a rapidement été contrôlée.
La Ville de Québec a connu plusieurs bris d'aqueduc d'importance au courant des derniers mois.
Une conduite principale avait cédé en octobre, sur le boulevard Pierre-Bertrand, poussant la Ville à publier un avis d'ébullition pour des dizaines de milliers de citoyens.
Des résidents du quartier Montcalm ont quant à eux été privés d'eau en novembre, lorsqu'un tuyau de 45 centimètres datant de 1914 s'est brisé.
Marjorie Potvin assure que ce genre de situation - à l'exception de l'immense fuite du boulevard Pierre-Bertrand - est normale et que les récents bris n'ont rien d'inquiétant en ce qui a trait à l'état du réseau.