Les câbles électriques sont constitués de fils de cuivre.

Deux ans et demi de prison pour un voleur de cuivre

Un voleur de fil de cuivre d'Hydro-Québec, Daniel Miville, 41 ans, a écopé d'une peine de deux ans et demi de prison, pour des larcins qui ont causé des centaines de milliers de dollars de pertes à la société d'État.
Miville, émondeur de profession de Saint-Patrice-de-Beaurivage, avait déjà fait des contrats pour Hydro-Québec. Il connaît donc bien les installations électriques et les lignes de distribution.
Se servant de ses grappins d'émondeurs, Miville grimpe au poteau et coupe le fil neutre, qui n'est pas électrifié. «Quand on le coupe, selon Hydro-Québec, il y a toutefois des risques de retour de courant et des risques d'incendie pour les résidences reliées», indique le procureur de la Couronne, Me Justin Tremblay.
Au cours d'un seul vol, Daniel Miville pouvait couper entre 800 et 900 mètres de fils torsadés. À l'aide d'un complice, il amenait sa récolte enroulée à l'abri, où des compagnons s'affairaient à détorsader le fil et à le couper en portion d'un mètre, prêt à être revendu au ferrailleur.
La Sûreté du Québec attribue au moins une douzaine de vols au seul Daniel Miville. Le réseau de voleurs de cuivre a commis au total au moins 30 délits dans les régions de Québec et de Thetford Mines.
Hydro-Québec évalue le coût de remplacement de ces fils à environ 500 000 $.
Daniel Miville a plaidé coupable à des accusations de méfait sur les lignes de distribution et de vols de métaux ainsi qu'à des accusations liées à l'usage négligent d'une arme.
Comme l'émondeur est en détention provisoire depuis son arrestation en novembre, il lui restera l'équivalent de deux ans moins un jour à purger.