Des citoyens, des politiciens et divers groupes de pression ont participé à la manifestation.

Des milliers de Français protestent contre la prolongation de l'état d'urgence

Des milliers de Français ont bravé la pluie à Paris, samedi, pour dénoncer l'intention du gouvernement de prolonger l'état d'urgence sur le territoire et de révoquer la citoyenneté des personnes reconnues coupables d'infractions terroristes.
Des groupes de droits de la personne, des politiciens ainsi que des syndicats ont participé à la manifestation.
La France avait décrété l'état d'urgence, qui donne plus de pouvoirs à la police et aux autorités administratives, dans la foulée des attentats commis dans la capitale française le 13 novembre et qui ont fait 130 morts et des centaines de blessés. Ce décret devrait être renouvelé à la fin du mois de février.
Le militant Jean-Baptiste Eyraud, du mouvement pour le Droit au logement, a déclaré que «la démocratie reculait».
La semaine dernière, un tribunal français a maintenu la mesure, affirmant que le danger «n'avait pas disparu».
Doctorat pour Taubira 
Les détracteurs de la politique du gouvernement pour révoquer la citoyenneté estiment que cette mesure alimentera le racisme.
L'ex-ministre de la Justice Christine Taubira a causé la surprise de tous en démissionnant la semaine dernière parce qu'elle était en désaccord avec les intentions du gouvernement sur cette question. Mme Taubira a d'ailleurs accepté, samedi, un doctorat honoris causa de l'université du Wisconsin à Milwaukee.
La récipiendaire a souligné l'importance de protéger les droits de la personne qui sont menacés partout dans le monde. Elle a soutenu que les épreuves difficiles et la rage en découlant poussaient certaines personnes à vouloir s'en prendre aux étrangers.
Pendant son mandat, Mme Taubira, elle-même originaire de la Guyane, a mis de l'avant la légalisation du mariage gai et elle a porté la cause des femmes et des minorités en politique française. M. Hollande l'avait nommée à ce poste en 2012.