La Chambre de commerce de Québec, présidée par Benoît Bernier, mettra bientôt sur pied un comité spécial chargé de soutenir l'entrepreneuriat.

Des mentors pour les entrepreneurs

La Stratégie québécoise de l'entrepreneuriat est certes un pas dans la bonne direction, mais il faudra se retrousser les manches afin que les entrepreneurs de Québec puissent en tirer profit au maximum, estime le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Québec, Benoît Bernier. Pour ce faire, la Chambre mettra bientôt sur pied un comité spécial chargé de soutenir l'entrepreneuriat.
En début de mandat, M. Bernier mentionnait vouloir faire de l'entrepreneuriat son «fer de lance», comme président de la Chambre de commerce et d'industrie de Québec (CCIQ). Celle-ci avait d'ailleurs déposé un mémoire au début 2011 en vue de l'élaboration de cette stratégie. En octobre, elle misait sur l'entrepreneuriat pour son forum économique 2011. Le thème : Entrepreneuriat : agir autrement!
On y aura notamment pensé le comité entrepreneuriat qu'on s'apprête à mettre sur pied, visant l'accompagnement de la relève entrepreneuriale. «C'est là qu'on va exprimer notre vision de comment on peut soutenir les entrepreneurs à tout moment dans les différentes phases de croissance et de démarrage. Et voir comment d'autres gens d'affaires peuvent aider les gens d'affaires. C'est ça la mission qu'on se donne pour faire notre part dans l'entrepreneuriat dans la région de Québec.»
Entente de collaboration
Ce comité consultatif qui verra le jour dans les prochaines semaines comptera dans ses rangs des mentors, grâce à une entente de collaboration avec le groupe SAGE, qui oeuvre dans le mentorat d'affaires depuis 1983. On tentera d'y guider les entrepreneurs, de trouver des pistes de solution pour résoudre divers problèmes éprouvés par ceux-ci et à passer à travers les différentes étapes qu'ils doivent franchir.
Surtout, on veillera à ce que les jeunes entreprises passent le cap des cinq ans, ce que franchissent moins de la moitié d'entre elles, mais 70 % de celles qui ont accès à du mentorat, estime SAGE.
Aide au démarrage
Les petites entreprises en démarrage qui démontrent un potentiel sans toutefois avoir accès à du financement seront aussi épaulées par la Chambre par l'entremise du programme gouvernemental Québec initiative. Le comité entrepreneuriat tentera aussi de faire connaître les plus petits entrepreneurs, dont la visibilité fait défaut.
Reste que la région de Québec n'est pas différente du reste de la province, selon le président de la CCIQ. C'est le Québec en entier qui est en déficit d'entrepreneuriat. Pour mousser l'intérêt dans ce domaine, il faut en parler davantage, plus tôt, et exposer aux jeunes les avantages d'être entrepreneur. Pas seulement pour le démarrage d'entreprise, mais aussi pour les transferts d'entreprises. «Il y a un besoin criant de repreneurs d'entreprises», constate aussi Benoît Bernier.