Des Jeux bien réussis

Le contraste était saisissant. Au loin, les sommets enneigés des montagnes reflétaient sur la mer Noire, où des pêcheurs cherchaient à ramener un gros trophée à la maison pendant qu'à quelques minutes de marche, des athlètes se couvraient d'or, d'argent, de bronze et de gloire olympique.
Dénoncée pour ses lois controversées et ses dépenses démesurées, la Russie a finalement livré des Jeux olympiques d'une grande qualité sur le plan organisationnel, notamment pour le transport, Internet, etc. Un exercice réussi. Et merci à nos amis français de nous avoir fait découvrir La Luna, le meilleur resto du voisinage.
De Sotchi, je me souviendrai de la température, qui fut à l'opposé de ce qu'on s'attend pour des Jeux d'hiver. Des bénévoles, qui étaient plus souriants que tous les visages sévères qu'on a l'habitude de voir dans des reportages. De la montagne, qui m'a attiré vers elle jusqu'à la toute dernière journée.
Il s'agissait de ma 10e couverture olympique, une sixième en février. Étrangement, les Jeux d'hiver de Sotchi me rappellent... les Jeux d'été de Sydney, notamment en raison de son parc olympique.
La question se pose, mais on a peu de réponses. Qu'adviendra-t-il des nombreux équipements sportifs construits au coeur de ce qui fut un marécage, à l'origine? Qui jouera au Palais de glace Bolshoï? Qui patinera à l'anneau d'Adler? Quel événement se tiendra au Stade Fisht? Remarquez que l'on se pose les mêmes questions pour l'amphithéâtre de Québec...
Si la Russie a utilisé le prétexte des Jeux pour développer une région touristique, les 50 milliards $ injectés pèsent quand même lourd sur les épaules du CIO, qui doit ramener la barre à un coût plus abordable au risque de perdre des candidatures valables.
Le Guellec, héros obscur
Les Jeux olympiques devaient être ceux de Vladimir Poutine, mais dans l'oeil d'un journaliste de Québec, ils auront surtout été ceux de Marie-Philip Poulin, Dominique Maltais et Kim Lamarre, respectivement médaillées d'or, d'argent et de bronze de la grande région de Québec. Ils auront aussi confirmé, sans l'ombre d'un doute, la suprématie du hockey canadien avec la victoire des femmes, jeudi, et celle des hommes, dimanche.
Cinquième au sprint, premier à la poursuite jusqu'à une chute dévastatrice, Jean-Philippe Le Guellec aura été mon héros obscur de cette quinzaine. L'athlète de Val-Bélair a tiré le rideau sur sa carrière internationale de biathlon sans grimper sur le podium, mais avec la satisfaction du devoir accompli.
Ces Jeux n'auront toutefois pas été ceux d'Alex Harvey et de l'équipe canadienne de ski de fond. Débarqué à Sotchi avec de grands espoirs, le fondeur reprend la route avec son petit bonheur et avec le désir d'effacer ce mauvais souvenir dans quatre ans.
La bulle olympique s'envole vers la Corée du Sud, où aura lieu le prochain rendez-vous hivernal en 2018, mais elle rebondira d'abord au Brésil, en 2016. Sachez que la planète sport n'arrête cependant jamais de tourner, Jeux olympiques ou pas.
La flamme ne brillait plus lorsque mon avion a survolé le parc olympique en pleine nuit, à Sotchi. Il était temps de rentrer à la maison!