Le député sortant de Louis-Hébert, Sam Hamad, parle d'une «rencontre d'information». Il dit estimer naturel d'avoir été rencontré par les enquêteurs de la commission Charbonneau.

Des enquêteurs ont rencontré Sam Hamad

Des enquêteurs de la commission Charbonneau ont rencontré l'ancien ministre libéral Sam Hamad, a appris Le Soleil.
Interrogé à ce sujet, mardi, M. Hamad a refusé de dire à quel moment cette rencontre s'est déroulée et d'indiquer la nature des échanges qu'il a eus.
Le député de Louis-Hébert parle d'une «rencontre d'information». Il dit estimer naturel d'avoir été rencontré par les enquêteurs de la commission Charbonneau.
Il soutient même qu'il aurait été «irresponsable» de la part de la commission de ne pas «aller chercher l'opinion d'un ancien ministre» comme lui, puisqu'elle doit se pencher sur l'octroi des contrats au ministère des Transports du Québec, une organisation qu'il a dirigée en 2010 et en 2011.
Sam Hamad a aussi occupé les fonctions de ministre du Travail et de ministre des Ressources naturelles.
L'élu libéral nie par ailleurs avoir été interrogé par les enquêteurs de l'Unité permanente anticorruption (UPAC). «Je n'ai jamais rencontré l'UPAC, jamais!» déclare-t-il.
Durant l'entrevue, il a insisté sur le fait que les inspecteurs de la commission Charbonneau lui ont dit qu'il n'est «pas suspect». À ce jour, il n'a d'ailleurs pas été convoqué à aller témoigner.
Les enquêteurs de la commission ont rencontré près de 3000 personnes à travers le Québec, a encore souligné M. Hamad, désireux d'ajouter à la perspective d'ensemble.
Si le Parti libéral du Québec n'a pas parlé publiquement de l'entretien qu'il a eu, c'est, a-t-il noté, parce que les enquêteurs ont réclamé la plus grande confidentialité à ce sujet.
Suspension
L'ancien ministre libéral a plusieurs fois été questionné par les journalistes sur son passage chez Roche. Il y a été vice-président principal de 1998 à 2003. Il était chargé de dossiers environnementaux pour des clients du secteur privé, selon ses précisions.
Pas plus tard que le 29 janvier, il a repoussé les journalistes après une perquisition de l'UPAC menée au siège social de la firme de génie-conseil, à Québec. «Ça fait 12 ans que je suis parti», a-t-il déclaré, excédé, en marge du caucus libéral à Saint-Félicien. «Laissez l'UPAC faire sa job. Je n'ai pas de commentaire à faire là-dessus. Arrêtez ça, c'est ridicule!»
La commission Charbonneau a annoncé récemment qu'elle suspendra ses audiences dès la semaine prochaine pour éviter que le prochain volet de ses travaux - fort probablement les contrats au ministère des Transports du Québec et le financement des partis provinciaux - ne trouve écho dans la campagne électorale.
«La Commission d'enquête sur l'octroi et la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction étant totalement apolitique et indépendante, nous ne voulons pas risquer que ses audiences soient entraînées dans l'arène politique», ont statué les commissaires.
Les audiences reprendront le 8 avril, le lendemain du scrutin.
Une lettre de sûreté
Ne voulant pas indûment prêter flanc aux critiques, le Parti libéral du Québec a fait parvenir au Soleil, hier soir, une copie d'une lettre qu'il a reçue de la commission Charbonneau dans laquelle la procureure-chef, Sonia LeBel, indique que ce genre de rencontres doivent demeurer confidentielles. 
Le PLQ refuse qu'on l'accuse d'avoir caché une information de cette nature, alors que son chef, Philippe Couillard, s'est engagé à la plus grande transparence. C'est effectivement la commission qui a demandé aux libéraux de ne pas communiquer d'information à ce sujet. 
«Les enquêteurs ainsi que les procureurs de la commission rencontrent, de façon quotidienne, de nombreuses personnes afin de mener à bien son mandat. Ces rencontres se déroulent en privé et ont pour but de permettre que nos travaux se déroulent avec efficacité et rigueur. Faisant partie de la phase d'enquête préalable, elles sont en principe confidentielles, à moins que la personne rencontrée soit appelée à témoigner devant les commissaires», écrit Mme LeBel.