Régis Labeaume exige aussi des élus provinciaux qu'ils investissent dans la capitale pour prouver l'importance qu'ils lui reconnaissent.

Demandes aux partis: Labeaume présente d'autres priorités

Le maire Régis Labeaume a trouvé de quoi allonger sa «liste d'épicerie» présentée aux partis politiques provinciaux. En plus de l'élargissement de l'autoroute Henri-IV, il demande notamment un lien de fibre optique brute avec les États-Unis et plus d'argent pour la Commission de la capitale nationale du Québec (CCNQ).
M. Labeaume a pris une pause du sommet de l'Union des municipalités du Québec, en fin d'avant-midi, pour présenter ses demandes électorales. Il a sorti de sa poche un nouveau projet d'«autoroute» de fibre optique brute qui partirait de Québec pour aboutir au Vermont, plus précisément à Stanstead.
Les entreprises technologiques de la capitale, dont les «bunkers informatiques» en construction, ont besoin d'une telle infrastructure pour transmettre rapidement et sécuritairement des données de l'autre côté de la frontière, a plaidé M. Labeaume. En attendant, elles transitent par le réseau de Montréal, mais doivent faire la file derrière les utilisateurs locaux.
Le coût estimé de ce réseau à large bande varie entre 8 et 20 millions $. M. Labeaume ne prend pas de risque et vise 20 millions $. Se basant sur des précédents, il prédit une augmentation du produit intérieur brut de 0,3 %, ou 98 millions $. «Comme investissement structurant, on peut difficilement faire mieux», dit-il.
Financement pour le patrimoine
M. Labeaume exige aussi des élus provinciaux qu'ils investissent dans la capitale pour prouver l'importance qu'ils lui reconnaissent. Son administration a comparé les budgets d'exploitation et d'immobilisations de la Commission de la capitale nationale d'Ottawa-Gatineau pour trouver que 225 millions $ y ont été investis en 2012-2013 alors que la CCNQ bénéficiait d'un total annuel de 29 millions $. C'est une proportion de 12,8 %.
Vérification faite, le montant consenti par Ottawa à sa commission de la capitale fédérale a plutôt été de 109 millions $ en 2012-2013, alors que le gouvernement du Québec octroie en moyenne 18 millions $ par année à la CCNQ.
L'équipe Labeaume a dressé une liste des projets à réaliser avec un financement additionnel, mais ne veut pas la rendre publique. «Il y a beaucoup de patrimoine là-dedans», laisse filtrer le maire. Il refuse d'établir une cible budgétaire. «Quand tu pars à 12 %, il y a de la place en masse», selon lui.
La Ville de Québec demande également au gouvernement du Québec de verser les 5 millions $ qui lui ont été adjugés sur une base annuelle pour compenser les pertes de taxes lors de la rétrocession du parc industriel de Saint-Augustin-de-Desmaures. Le gouvernement libéral a décidé qu'il y avait une fin et que ce serait 2014.
Brandissant l'entente signée, qui n'avait pas d'échéance, M. Labeaume a dit avoir l'impression de s'être «carrément fait rouler dans la farine». Il veut revenir à l'engagement initial, peu importe le parti au pouvoir. Les 5 millions $ mis annuellement dans le Fonds des grands événements doivent aussi demeurer, selon la Ville.
Enfin, le maire de Québec pousse son projet de centre récréatif dans Saint-Roch. Le YMCA a avancé 3 millions $ et les trois ordres de gouvernement mettraient 7,5 millions $ chacun. «En passant, c'est dans le comté de Mme [Agnès] Maltais», a fait remarquer M. Labeaume.
Les chefs sont prudents
Aucun chef ne s'est compromis sur les nouveaux éléments de la liste déposée par le maire Labeaume.
«Nous aurons cette discussion, ultérieurement. Ce n'est pas aujourd'hui que nous allons prioriser les projets» avec le maire, a indiqué le chef libéral Philippe Couillard. Par contre, «c'est clair que nous irons sur [l'élargissement de l'autoroute] Henri-IV. Nous allons continuer pour l'anneau de glace et [le projet de] Diamant». M. Couillard a rappelé son intention d'élargir l'accès à Internet haute vitesse.
Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a accueilli de façon plutôt tiède les ajouts à la liste. «Ce sont des projets intéressants, mais il faudra tenir compte du fait que les finances publiques du Québec sont en mauvais état», a-t-il dit.
Son parti, estime-t-il, répond déjà à deux importantes demandes de Régis Labeaume. «La priorité, et c'est M. Labeaume qui l'a demandé le premier, est de donner aux maires des grandes villes le pouvoir de décréter les conditions de travail. On est le seul à répondre favorablement», a-t-il rappelé.
La CAQ est aussi en faveur de ce que le maire présente depuis longtemps comme sa priorité, l'élargissement de l'autoroute Henri-IV. Le Parti québécois a aussi demandé du temps pour examiner les nouvelles demandes. Avec Samuel Auger, Valérie Gaudreau et Michel Corbeil